Partagez | 
 

 Opale de Nep

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Opale de Nep
avatar
Messages : 399
Je suis à : droite et à gauche, là où le vent m'emporte
Avatar et crédits : Leighton Meester - Eris (vava) + bat'phanie (signa)
Maître des poisons
Maître des poisons



Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Opale de Nep Dim 10 Déc - 22:29


Opale de Nep


C'est la dose qui fait le poison




Informations généralesCaractère
Nom : de Nep
Prénom : Opale
Date de naissance : l'an 549, le 8ème jour du mois d'Ebba, 26 ans
Lieu de naissance : dans la tribu d'Eïr
Tribu : Nep
Métier : Empoisonneuse
Joyeuse - Franche - Rigoureuse - Optimiste - Déterminée - Malicieuse - Précise - Charmeuse

Capricieuse - Sournoise - Rancunière - Volage - Manipulatrice - Désordonnée - Lunatique -
Froide

Tu te souviens de cette fois où, lors de tes cinq premières années parmi les Neps,
l'on a cherché à t'humilier en exposant ton corps nu aux yeux de tous. Tu n'en as subi aucune honte, bien au contraire. Ton rapport à la nudité est sans complexe et tu as même trouvé une certaine arrogance en exposant ainsi tes jolies formes au regard de tous. Les Dieux t'ont doté d'un beau corps, c'est bien pour qu'il soit regardé, non ?


Biographie



Le don d'une vie

-Et c'est là que nous avons été obligé de nous arrêter. J'ai commencé à sentir les premières contractions. Il fallait amorcer le rituel de naissance...

Pendus à ses lèvres, deux enfants écoutent leur mère avec une fascination grandissante. Tu en fais partie, évidemment. Tu la connais par cœur cette histoire, celle de ta naissance, mais jamais tu ne t'en lasses.

-Et c'était le début des grands froids et on partait au nouveau campement pour l'hiver, poursuivit ton frère, trop impatient pour attendre que ta mère reprenne le fil de la narration.

Ton frère, Maël, avait trois ans lorsque tu es née alors, naturellement, il ne s'en souvient pas. Pourtant, il a tellement entendu cette histoire qu'il a l'impression de la revivre. Ta mère laisses échapper un petit rire affectueux alors que sa main vient caresser tendrement la joue de ton frère. Toi, du haut de tes cinq ans, tu attends juste qu'elle poursuive son histoire.

-Exactement ! Nous étions aux abords de la Forêt d'Ebène, je n'avais plus le choix. Il fallait s'arrêter. Alors ton père est parti chercher le Shaman.

Tu retiens ta respiration, ouvrant plus grand les yeux. C'est le moment que tu préfères. Ton père qui part chercher le shaman, ta mère qui se prépare pour le rituel, ta naissance et, enfin, la décision de rester ici parce que c'est un lieu plutôt sympathique et pratique pour passer l'hiver. Depuis que tu connais cette histoire, tu es toujours aussi impatiente de contempler à nouveau la Forêt d'Ebène. Fille de la tribu d'Eir, tu es fière d'appartenir à une telle famille. Et tes parents en sont les parfaits enfants, tu le sais. Tu n'as que cinq ans mais tout de même. Ta mère est belle, elle est herboriste et elle t'apprend le nom des plantes quand vous voyagez. Et ton père est fort, sage et réfléchi, et il guérit les gens. Ils s'aiment, même s'ils ne sont pas mariés. Et ton frère et toi vous vous aimez beaucoup et vous quittez peu. Il ne te tarde qu'une chose : que l'apprentissage arrive pour que, toi aussi, tu puisses faire comme ta mère. C'est ce que tu souhaites le plus. Pourtant tu appréhendes un peu ce moment parce que tu sais que ton frère n'a pas la même ambition. Tu le vois souvent s'échapper en solitaire. Tu l'as déjà suivi en secret, tu l'as vu se passionner pour les animaux, la nature et tu te doutes qu'il va vouloir partir. Lorsque tu lui en parles, il sourit gentiment et te fais un clin d’œil. Il a huit ans. Tu sais que d'ici un ou deux ans, il partira. Ça t'attriste mais tu comprends. Il veut faire une chose qu'il aime tout comme toi. Mais pour le moment tu te contentes de profiter de cet instant. C'est ton anniversaire, tu viens d'avoir cinq ans et vous êtes chaudement rassemblés autour de ta mère, l'écoutant raconter son histoire comme si vous la découvrez pour la première fois. Ton père est parti couvrir une urgence mais il t'a promis de revenir très rapidement. Tu ne lui en veux pas, tu sais qu'il sauve des vies.

-Les chants ont commencé alors que le travail se poursuivait. C'était compliqué, tu n'étais pas pressée de sortir.

Ton frère et toi laissent échapper un petit gloussement.

-Après la naissance, les chants ont encore duré trois heures. On a eu peur parce que tu n'as pas voulu pleurer tout de suite. Puis ton cri s'est joint au chant et le Shaman a décidé qu'il fallait poursuivre encore un peu le rituel.

Tu l'écoutes avec attention, ta mère. C'est une petite tradition dans votre petite famille. Raconter encore et encore la naissance le jour des anniversaires. C'est un souvenir, le rappel de cet instant très émouvant où la Mère Nature a décidé de faire don d'une vie. Et, en ce huitième jour du mois d'Ebba, c'est de ta vie, dont il est question. Même si elle ne va pas prendre une tournure commune. Mais ça, tu ne le sais pas encore.

Apprentissage :

Plongée sur ta feuille d'examen où des dizaines de plantes sont calligraphiées, tu attends sagement la fin de ton examen oral. Tu as l'air sérieuse mais une lueur malicieuse continue de pétiller dans tes yeux. Il faut dire que tu as toujours aimé étudier et que tu cultives cet aspect encore insouciant de ta personnalité. Du coin de l’œil, tu coules un regard vers Elowen. Cette dernière paraît l'avoir deviné car elle lève le sien au même moment. Vous vous adressez un petit sourire complice avant que tu ne retournes à ton examen, retenant un gloussement. Depuis toujours, entre Elowen et toi, c'est la grande amitié. Son père est également guérisseur et leur yourte juxtapose la vôtre. Vous vous fréquentiez donc déjà bien avant l'apprentissage et vous y avez fait vos premiers pas ensemble. C'est ta dernière année, dans quelques mois tu entameras ta spécialisation. Une grande étape que tu attends avec impatience et excitation mais qui te rend très nostalgique. Elowen n'a pas le même projet que toi. Ses aspirations vont vers les plantes, le savoir d'herboriste. Tandis que toi, tu t'es trouvée une passion réelle pour le poison. Quelle fascination de concocter des breuvages capables de rendre malades, de provoquer toutes sortes de troubles et surtout, d'entraîner la mort. Lente ou rapide. Douloureuse ou non. C'est un véritable art que vous avez survolé cette année, alors que vous devez vous orienter vers la suite. Tu te vois déjà t'installer avec Elowen, deux antipodes dans leur art mais complémentaires comme peuvent l'être la vie et la mort. Toi qui te voyais herboriste comme ta mère. Ta soif de connaissance a pris un tout autre chemin.

-C'est terminé.

Un soupir de soulagement gagne l'ensemble des jeunes apprentis. Satisfaite de toi, tu as un large sourire. Tu as débuté ton apprentissage à neuf ans. Tu aurais pu attendre mais tu as insisté auprès de ta mère, tu voulais tellement commencer. Tes parents n'ont pas pu dire non, même si ça leur a fait un petit choc. Ton frère, lui, était déjà parti rejoindre la tribu des Duniens. Cela n'a pas été facile pour lui. Lorsqu'il revenait vous voir, il te racontait. A quel point c'était compliqué de s'intégrer. Mais il s'est accroché parce qu'il aime tellement la nature. Cette tribu mystérieuse et réservée est très avare de son savoir et ça a été compliqué pour Maël, mais il a finalement réussi à suivre et terminer son cursus. Il a fait ses trois ans d'apprentissage ainsi que ses deux années de spécialisations et travaille comme guide pour votre tribu. Ses talents ne sont certes pas aussi développés que ceux des Duniens mais il accompagne les vôtres lors de certains déplacements. Il en est très heureux, et surtout très fier d'avoir réussi à faire une chose qu'il aime.

-Rosalie, hé Rosalie !

Tu te retournes pour voir Elowen qui s'approche de toi, l'air surexcité.

-C'est fini ! Enfin ! Viens on va narguer les apprentis de première année et on ira prendre le goûter.

Tu souris, le visage malicieux.

-Maman a besoin de moi. J'ai promis de l'aider après, déclines-tu, sincèrement désolée.

Elowen semble déçue mais retrouve bien vite sa bonne humeur.

-Je peux venir ?

-Oh ça me ferait très plaisir.

Un large sourire fend votre visage encore enfantin du haut de vos quatorze ans, et c'est bras dessous, bras dessus, que vous vous dirigez vers ta yourte. Heureuses de partager cette amitié qui semble inébranlable. D'ailleurs, le soucis doit venir de là. Peut-être que si tu t'en étais rendue compte avant, rien de tout cela ne serait arrivé. Mais à cette époque où l'insouciance domine encore, tu es loin de t'en préoccuper.

Lorsque le monde vole en éclat :

-Rosalie ! ROSALIE !

Tu sursautes, seule dans ta yourte, alors qu'une goutte indésirable vient ce mélanger à ta potion déjà instable. Devant la couleur grisâtre, tu grimace, plutôt contrariée. Elowen entre alors en trombe dans ta yourte, l'air paniqué, le visage soucieux, gesticulant, poussant des cris et commençant à remuer ton bazar.

-Du calme, mais du calme ! cries-tu, mi-exaspérée, mi-amusée.

Mais Elowen est dans tous ses états et tu finis par sentir une vague d'inquiétude pointer le bout de son nez. Tu délaisses alors tes fioles pour te concentrer sur ton amie. Cela ne fait même pas un an que tu as terminé enfin ta longue formation pour être une Empoisonneuse aguerrie. Après six longues années, tu en as vu le bout. Des études passionnantes ponctuées par une vie d'amusement et de rires. Ton maître t'a rapidement trouvé très talentueuse et tu n'as pas failli une seule fois, toujours avide de connaissances. Tu as même opté pour une marque. Une sorte de signature permettant d'identifier tes fioles. Tu n'aurais pas dû. Cette petite rose qui orne chacune de tes étiquettes a été certainement la plus grosse erreur de ta vie. Et tu es sur le point de t'en rendre compte.

-Mais qu'est-ce que tu fais ? lances-tu alors que ton amie prend un sac pour y fourrer un tas de choses, allant des vêtements à la nourriture en passant par des fioles vides.

-Tu dois partir, viite !

Là-dessus tu exploses de rire. Tu t'arrêtes bien vite. Elowen ne rit pas, elle.

-C'est une de tes mauvaises blagues ?

-NON ! Non... Rosa... je... enfin...

Elle devient blanche et rouge, se tord les mains, ouvre la bouche pour la refermer. L'inquiétude te gagne plus encore. Tu connais Elowen. Quelque chose ne va vraiment pas.

-Rosalie je t'en supplie.

Sa voix se fait tremblante alors que des larmes perlent au coin de ses yeux. Cette fois, tu ne ris plus. Tu t'approches d'elle, inquiète et lui prend les mains. Loin de la rassurer, ses tremblements empirent. Elle arrive toutefois à trouver la force de parler.

-Tu sais... cet homme là... qui est mort.

Tu hoches la tête. La veille, un herboriste est mort soudaine, dans des raisons obscures. Un événement qui l'a beaucoup touché. Toi aussi. Tu as été son amante quelques mois, peu de temps avant la fin de tes études. Tu lui parlais encore lorsque vos chemins se croisaient. C'était quelqu'un que tu appréciais.

-Ils... on... croient... que c'est toi. Qui l'a tué.

La fin de sa phrase se meurt dans un silence profond, presque oppressant. Ton cœur s'accélère alors que tu cherches à comprendre si tu as bien entendu ces quelques mots.

-Mais... je... Enfin... pourquoi ? balbuties-tu, l'air passablement choqué.

Elle ? Commettre un meurtre ?

-Une fiole... de tes poisons...

Ton cœur plonge d'un coup. Tes poisons. Tu ne les commercialises pas encore. Mais l'une de tes fioles a disparu. Tu t'en es aperçue hier. Tu as cru, au début, l'avoir encore égarée dans ton désordre mais... Non. Non ce n'est pas possible. On te l'a volé. Mais qui ? Tu t'affoles un moment avant que le calme ne reprenne le dessus. Tu songes que tu pourras justifier de ce que tu faisais hier avant que la panique ne revienne à la charge. Tu étais seule. Tu as travaillé tard. Seule. Chez toi. Personne pour l'attester. Et même si tu n'avais pas été seule... le poison a pu être donné n'importe quand.

-Ils viennent te chercher, Rosa. Tu dois fuir !

Tu la regardes sans comprendre. Elowen, ton amie de toujours, celle avec qui tu as partagé de si bons moments. Elle est là, l'air affolé dans ta yourte, te pressant de partir. Parce qu'elle sait que tu ne pourras pas prouver ton innocence. Les indices sont contre toi. Tous les éléments. Tu pourras la clamer, haut et fort, répéter encore et encore, mais rien ne prouve ton innocence. Pourtant tu ne peux pas te résoudre à fuir. Fuir c'est... c'est...

-Et Maël ? Maman ? Je...

Tu dois les voir. Leur expliquer, leur dire que tu n'y es pour rien. Tu dois, tu dois...

-Tu n'as pas le temps Rosa ! Tu n'as pas le temps !

Tu ne peux t'y résoudre. En une seconde, le monde vole en éclat. En une seconde, tu viens de tout perdre. Fuir. Pour aller où ? Tu assistes dans un état second à Elowen qui fait tes bagages. Tu n'opposes aucune résistence lorsqu'elle te pousse hors de ta yourte. Tu ne dis rien non plus quand elle t'entraîne loin. Loin de ta demeure. Loin de ta vie. Loin de ton innocence.

La fuite :


Tu cours. Tu cours à en perdre haleine. Les branches de la forêt fouettent ton visage. Tu sens la douleur. Lointaine. Presque irréelle. Mais tu ne t'arrêtes pas de courir. Jamais. Tu es sûre d'être poursuivie. Qu'ils sont à ta recherche et qu'ils vont venir te tuer. Tu en es persuadée. Elowen te l'a vaguement expliqué. Elle te l'a dit. Qu'ils venaient pour toi. Alors tu fuis. Le plus loin possible. Tu ne sais pas où. Pour l'instant tu te contentes de courir. De fuir. De ne jamais revenir. Au fond de toi, pourtant, tu es toujours là-bas. Sur ton visage affolé, des larmes coulent, brouillant parfois ta vue. Ton père, ta mère, ton frère. Tu es partie sans leur dire au revoir. Sans rien leur expliquer. Tu t'en veux au fond. Tu devrais faire demi-tour peut-être ? Puis tu revois le visage affolé d'Elowen. Non. Tu ne peux pas faire demi-tour. Tu es partie. La fuite du coupable. Un homme est mort. Tué par l'un de tes poisons.
Tu te sens trébucher. Incapable de te retenir, tu chois au sol, goûtant la terre meuble, les jambes enchevêtrées dans les racines et les bras coincés. Des pointes de douleurs te submergent un peu partout. Tu as mal. Tu saignes peut-être. Tu étouffes d'autres hoquets. De douleur, de tristesse. Mais tu te relèves. La tête emplie de peur, tes pensées partant dans des délires fous comme si les mauvais esprits venaient prendre possession de ton âme. Tu ne sais pas combien de temps tu as couru. Puis marché. Encore et toujours. Poursuivie par des ombres, par des choses sans nom et peut-être par ton imagination. Tes pensées s'embrouillent, te plongent en plein délire, illusionnent tes sens. Tu penses voir des choses, entendre des bruits, sentir l'odeur de certaines potions. Tout ça n'est pas réel. Les mauvais esprits te confondent. La forêt a laissé place à des plaines fouettées par les vents. Tu marches toujours. Parfois tu t'écroules. Tu dors d'un sommeil agité, parsemé de cauchemars et de rêves éveillés. Tu ne rencontres personne sur ta route. Ou peut-être si, mais ton état second t'empêche de discerner si ce sont des illusions ou non. Parfois tu trouves un point d'eau. Tes provisions épuisées tu te nourris de racines que tu reconnais. C'est une fuite mécanique. Une fuite dans un état second. Tu erres sans savoir où aller. Tu es rarement sortie de chez toi. Ton père t'a parfois emmené à divers endroits mais tu ne t'es jamais éloignée de vos terres. Tu songes à Maël. A ses études. A son sens de l'orientation. Tu as envie de pleurer mais tu es desséchée. Il saurait trouver un chemin, lui. Il saurait te guider. Pour aller où ? Tu fuis mais tu fuis vers quoi ? Tu ne sais même pas. Tu ne veux pas y penser. Surtout parce que tu as peur. Tu soupçonnes une terrible réalité. Tu préfères ne pas y songer. Mieux vaut mourir au final.

-Hé... HE !

Tu ouvres les yeux. C'est dur. Tu rêves encore ? On te secoue, quelqu'un. Mais c'est trop dur. Puis la douleur. Forte. Et tu te relèves d'un bond, les yeux grands ouverts, ta main sur ta joue rouge et brûlante. En face de toi, un homme. Tu clignes tes yeux. Il est flou.

-Tédou ?

Tédou ? Tu le regardes sans comprendre. Ton esprit est toujours embrouillé. L'homme hausse le ton. Il paraît plutôt moqueur mais semble incroyablement patient.

-Tu viens d'où ?

Si tu te voyais. Ce que tu as été autrefois a disparu. Nul ne pourrait te reconnaître derrière la terre, la boue, la saleté. Tu ressembles plus à une créature étrange et mystique. Une sale. Une pestiférée. Loin de la jolie jeune femme qui a fini ses études à vingt ans pour devenir Empoisonneuse. Tu veux répondre mais lorsque tu ouvres la bouche, celle-ci est tellement sèche que tu ne parviens même pas à sortir un son étouffé. Ta tête tourne. Tu sens ton estomac se tordre de faim. Et la soif te consume. Implacable. Tu suffoques, tu manques d'air. Les souvenirs te tombent dessus. Tu entends la voix d'Elowen, le rire de ta mère, les blagues de ton frère. Puis tu es secouée et la douleur encore. Sur ta joue. Une autre gifle qui te ramène à la réalité. L'homme est toujours là, il t'attend. Il a les sourcils froncés.

-Alors ?

-Tr... Eïr...

C'est difficile mais tu parviens à le dire. Tu n'as pas parlé à des gens depuis des lustres. Combien de temps s'est écoulé depuis ton départ ? Tu ne sais même pas. Où es-tu exactement ? Tu ne sais pas non plus. L'homme te contemple, moqueur, presque méprisant. Tu t'effrites sous son regard.

-Tu fais quoi ?

Tu mets du temps à comprendre la question. Tu finis cependant par voir où il veut en venir. Tu devrais être étonnée. Il ne prend pas la peine de connaître ton nom. Ni de savoir ce que tu fais ici. Tout ceci ne le préoccupe pas.

-P... poi... on. Poison.

C'est encore plus dur à prononcer. Pourtant, ta réponse semble plaire à l'homme. Toi tu le regardes avec cette étrange sensation que tout ceci n'est pas réel. Puis ça devient trop dur. La faim, la soif. La douleur. La solitude. Tu sombres. Une fois encore.

Deux ans déjà

Deux ans déjà. La moitié d'une troisième.

-Tu réponds pas, salope ?


Non. Tu ne réponds pas. Et la gifle part à nouveau. Très forte. Tu t'écroules au sol. Quelques coups de pieds achèvent cette séance de violence gratuite. Tu l'entends cracher et tu sens quelque chose d'humide se perdre dans tes cheveux. Puis les pas s'éloignent. Et tu es seule. Seule à nouveau. Échouée sur le sol de ta chambre. Tu te traînes jusqu'à ton "lit" de fortune, ignorant les douleurs de tes membres ankylosés. Tu t'y allonges en poussant un long soupir. Tu ne prends même pas la peine d'essuyer ni la bave dans des cheveux, ni le filet de sang qui s'écoule de ta bouche ou des quelques contusions qui défigurent ton visage.
Deux déjà. La moitié d'une troisième.
Deux ans depuis que Tigre t'a sorti de ta fuite loin de ta tribu natale. Deux années passées à recevoir des coups, des insultes, à subir humiliations et tortures physiques et psychologiques en tout genre. Des coups, parfois à plusieurs sur toi. Des insultes, des menaces. Des nuits passées sans dormir parce que l'on venait te réveiller. Des jours sans manger. Des heures passées seule avec quelqu'un qui refuse de te parler, à attendre de savoir s'il va ou non se défouler sur toi. Deux longues années, la moitié d'une troisième. Tu as fait la moitié du chemin. Tu le sais.
Tu aurais pu te révolter. Crier ta désapprobation. Supplier. Oh mais tu l'as fait. Au début. Beaucoup. Supplier qu'ils s'arrêtent. Pleurer. Demander grâce aux dieux. Tu n'as reçu que des moqueries ou des coups en réponse. Tu as été rabaissée à plus bas que terre. Ici. Parmi les Neps.

Au début, tu n'as pas voulu y croire. Allongée dans ton lit, tu te souviens. De ta crainte, de ta terreur. Bien évidemment, tu connais les Neps. Tu sais ce qu'ils représentent. Un peuple sans tribu, oublié de tous, forcé d'abandonner leurs noms véritables. Une tribu qui n'en est pas une, regroupant tout ceux qui ont fui, tout ceux qui ont été banni. Parfois c'était des menaces chez les enfants « si tu n'es pas sage, tu risques de te faire enlever par un Nep ». La tribu sans tribu. Celle honnie de tous. Celle méprisée par les dieux eux-mêmes. Mieux vaut mourir. Plutôt mourir que de mener cette vie exilée. Tu as essayé pendant ta fuite. Tu as espéré. Tu as fui ta tribu par peur et supplié pour que cela se termine vite. Pourtant... pourtant tu n'es pas morte. Tu n'as jamais été jusqu'au bout. Tu as cru à de la lâcheté. Au début. Puis tu t'es retrouvée ici. Ici en plein cauchemar. Tu as supplié qu'ils te tuent. Ils ne l'ont jamais fait. Et tu n'as jamais été sérieuse. Tu aurais pu aussi en finir. Tu ne l'as pas fait.
Et maintenant ça fait deux ans. Et tu commence à comprendre.
Tu comprends ce qui t'a retenu. Cloîtrée au cœur de la tribu, violentée et méprisée par tous, rabaissée aux tâches les plus ingrates, tu as eu le temps de réfléchir. De penser. De regretter ta tribu. Et de comprendre. Tu sais pourquoi tu as fui. Tout Empoisonneur est responsable de ses poisons. Un principe que l'on t'apprend dès ta première année de spécialisation. Tu as perdu un de tes poisons. Tu ne l'as pas reporté parce que tu as pensé l'avoir perdu dans tes affaires. Et ce même poison a été utilisé pour tuer un homme que tu as connu. Tu n'es pas totalement innocente. Tu es complice. Tu es coupable. Tu as aidé à tuer cet homme. Tu es la créatrice de l'arme d'un meurtre. Et c'est ton insouciance qui a creusé ta propre tombe. Tu as fui pour cette raison. Parce que, au fond de toi, tu te savais coupable. Elowen t'a mis sur la route et tu as couru sur le chemin pour sauver ta peau. Mais si tu étais restée. Si tu t'étais excusée... tu ne l'as pas fait. Tu as préféré fuir. Tu t'es toi-même désignée comme coupable. L'affolement d'Elowen a été contagieuse. Tu n'as pas su réfléchir convenablement. Mais une autre chose est sûre. Tu as été piégée. Quelqu'un a volé tes poisons. Quelqu'un a tué ton ancien amant. Et quelqu'un te fait porter le chapeau et ne compte pas se rendre. Ça, plus que ta culpabilité, a suffi à te maintenir en vie. A t'amener aux portes des Neps. Et à finir par endurer toutes les humiliations que l'on te fait subir depuis que tu es arrivée. Et une rage bouillonnante. Une détermination sans faille. Quelqu'un t'a piégé. Tu le retrouveras. Tu lui feras payer.

Ta tête s'enfonce dans un des coussins miteux alors que ton sang souille tes draps. Tu endures tout ça pour ça. Cela fait deux ans et demie. Et ici, maintenant, c'est ta seconde maison. Dernièrement on t'a frappé, posé des questions sur la tribu. On t'a même fait miroiter une promesse de retourner dans ta tribu natale lavée de tout soupçon. Il te suffisait de vendre ceux qui t'ont torturé. De dévoiler leurs faux noms. Leurs habitudes. De leur raconter tout ce que tu savais. Tu aurais pu. Tu y as pensé. Retourner chez toi. Immaculée. Le rêve. Mais tes lèvres sont demeurées scellées. Il te suffisait d'avouer, pourtant. Mais tu n'as pu t'y résoudre. Peut-être as-tu senti le piège. Mais la vérité, c'était que malgré tous ces coups durs, tu as senti qu'ils te comprenaient. Qu'ils te comprennent toujours. Et que tous ces mauvais traitements ne sont destinés qu'à t'endurcir. Et qu'ils te veulent avec eux. Que maintenant, ta famille, c'est eux. Pas une tribu qui t'a trop rapidement jugé. Tu regrettes pourtant. Surtout de ne pas avoir pu dire au revoir à ta famille. Tu ne peux qu'espérer qu'Elowen leur explique la situation. Peut-être te croient-ils morte. Il le vaut mieux. Surtout quand tu sais que tu ne retourneras jamais là-bas. Maintenant, ta famille, ta vie, ta tribu, c'est ici. Et ton but, ta délivrance, ta rédemption, sera ta vengeance.
C'est sûr cette pensée que tu sombres dans le sommeil.

Opale :

Tu pousses un soupir de contentement. Totalement nue, tu t'étires dans ton petit nid de peau qui te sert de lit, savourant le bien-être après une bonne partie de jambes en l'air. Tu attrapes l'un des draps, t'emmitouflant dedans avant de te lever, les cheveux en bataille, et faire quelques pas pour observer le paysage qui s'étend à travers une mince ouverture. Tu arrives à apercevoir quelques Neps qui vaquent à leurs occupations délictueuses. Un petit sourire en coin ajoute un grain de malice à ton visage lorsque tu entends un marmonnement derrière toi.

-A quoi tu penses ? fait une voix d'homme.

Tu mets un moment avant de répondre, sans doute parce que tu n'as rien de spécial à dire. Tu ne fais que savourer ce calme et cette profonde satisfaction qui suit l'orgasme.

-Rien de spécial. Je regarde le paysage.

-Tu veux pas te recoucher là ?

-Tu en veux encore ? Gourmand va !

Tu tournes la tête vers Tigre, lui tirant la langue. Lui aussi te regarde, avec ce mélange de sérieux, d'interrogation et de réflexion que tu aimes tant. Tu décides toi aussi de jouer le jeu.

-Et toi ? A quoi tu penses ?

Lui ne met pas longtemps avant de te répondre, continuant de te fixer avec intensité.

-Que tu as changé.

Tu hausses les épaules, une moue désabusée apparaissant sur tes lèvres gonflées par les baisers.

-Tu sais quoi ? Franchement j'aurais jamais cru que te réussirais tes cinq ans ici.

-Ah ça... vous avez pas été tendre, admets-tu dans un petit rire. Mais j'ai fini par comprendre pourquoi.

Il te sourit doucement. Oh ça fait 6 ans que Tigre t'a trouvé et te voilà maintenant une Nep à part entière depuis un an. Ce n'est pas si mal... Même si Tigre a fait parti de ceux qui t'ont malmené... comme toi-même tu en as malmené d'autres qui ont suivi. C'est la vie, chez les Nep. Tu endures ou tu meurs. Seuls les plus forts restent.

-Tu m'as jamais dit pourquoi "Opale" ?

Cette fois tu ris franchement, moqueuse.

-Dis donc toi, t'es bien bavard aujourd'hui.

Lui qui, d'ordinaire, parvient à peine à sortir plus de trois syllabes. L'avantage, c'est qu'il te raconte pas sa vie avant le sexe. Il ne répond rien, ne sourit même pas et son air est toujours aussi interrogateur. Qu'il s'interroge. Tu n'es pas prête de répondre et il le sait. "Opale" parce que avant tu étais Rosalie. Rosalie, pour rappeler cette belle fleur au parfum enivrant, aux pétales délicates et aux épines dangereuses. C'était un peu toi et tes poisons. Mais Rosalie est morte. Rosalie avait ce côté délicat qui a sombré durant ces cinq dernières années de maltraitance. Tu n'en veux pas aux Neps. Ils t'ont donné la vie. Ils t'en ont offerte une nouvelle. Tu te souviens, comme si c'était hier, de ton rite de passage, dans une de ces grottes de la chaîne de Mirn aux sources chaudes couleur émeraude. De la sensation de la lame sur ta main, de ton sang vermeille qui a coloré ta peau alors que l'on te faisait boire un breuvage d'alcool et de baies tout en respirant des vapeurs d'herbes qui t'ont donné le tournis. Tu te rappelleras toujours de cette nuit passée seule dans cette grotte, alors que tu nageais en plein délire. Cette nuit là, tu as assisté à ton procès dans ta tribu natale, un procès qui t'a condamné à mort tandis que Elowen souriait d'un air triomphant. Cette nuit, tu as vu ton frère te jaugeait avec mépris, ta mère feindre l'indifférence et une rage presque incontrôlée habiter ton père. Puis tu as vu Tigre affûter l'épée avant de te la plonger au travers de ton corps, provoquant ton réveil. Ton réveil dans cette grotte, secouée par des tremblements incontrôlables et transpirante de sueurs froides. Chouette se tenait devant toi, prête à te confier qui tu es devenue. Oui, ce sont les Neps qui t'ont offert une nouvelle identité. Toi qui a subi la malédiction des dieux alors qu'il n'y avait aucune raison. Tu en veux plus à celui ou celle qui t'a piégé. Tu as juré de le retrouver et de lui faire payer. C'est ce qui t'a fait tenir. C'est pour ça que tu es devenue Opale. Cette belle pierre polie, qui paraît sans imperfection et pourtant dure et froide. Toi qui accueillait la vie comme une fleur accueille l'eau et le soleil, voilà ton cœur devenu aussi dur et froid qu'une pierre.

-Tu vas au Marché Noir aujourd'hui ?

Sa voix te ramène dans ta nouvelle réalité. Tu hoches la tête.

-J'ai quelques nouveaux poisons. Je pense en tirer un très bon prix.

Une mèche de cheveux vient se perdre sur ton visage, chatouillant ton menton. D'un geste machinal tu la passes derrière ton oreille, à nouveau perdue dans tes pensées.  Inutile de dire que tu es ici parce que tu es utile. Chez les Neps, soit tu te rends utiles, soit tu meurs toute seule. Et tes talents d'empoisonneuse ont été chaudement accueilli une fois passée le cap des cinq ans. Par moment tu te demandes ce que ta famille pense. Elle doit te croire morte. Il vaut mieux. Tu sais que c'est trop tard maintenant. Tu es morte pour renaître. Ni en mieux, ni en pire. En différente.
En survivante. Une autre toi que personne ne t'ayant connu ne reconnaîtrait. Tu les comprends.
Toi-même a dû mal à te remémorer celle que tu étais. Mais tu sais une chose. Tu vis ici, Nep parmi les Neps et ce sont eux ta famille. Alors certes, il ne faut jamais leur faire totalement confiance ou prendre sa place pour acquis. Il faut continuer à se montrer fort et efficace parce qu'il n'y a pas de place pour la faiblesse ici. Mais, tu as pu trouver des liens forts, unis. Des liens très différents de ceux que tu as connu. Ici, même si tu vas en taper un aujourd'hui, tu n'hésiteras pas à venir lui prêter main forte demain. Vous êtes seuls. Seuls contre tous. Mais tous unis dans cette solitude.
Personne ne veut de vous. Tant pis pour eux. Oui. Tu sais que tout ceci est inutile. Espérer un jour revenir dans ta tribu natale. Tu ne le pourras jamais. C'est trop tard maintenant. Rosalie est morte.
Maintenant, tu es Opale de Nep.

-Bon alors ?

Tu souris, te lève et contemple ton amant. Le drap glisse dévoilement ton corps dénudé, au plus grand plaisir de l'homme allongé sur tes peaux. Un sourire carnassier vient se dessiner sur ton visage.

-Quelques minutes de retard, ça n'a jamais tué personne.

Il sourit aussi. Avec un gloussement tu retournes près de lui. Oui. Tu es Opale. Tu es une Nep. Et ici, c'est chez toi.


Rosée, panier et caillou


Derrière l'écran


On me connaît sous de le nom de Eris et j'ai 25 ans.  Je vous ai trouvé grâce à vous-mêmes, fabuleux staff que vous êtes et je vous trouve forcément fantastiques --> je suis tutafé d'accord avec ça .


Code:
Opale de Nep ft Leighton Meesterr


Dernière édition par Opale de Nep le Mer 20 Déc - 22:15, édité 17 fois
Revenir en haut Aller en bas
Lothar Duracier
avatar
Messages : 1266
Avatar et crédits : Hanry Cavill by Lemon Tart
Admin - Guerrier
Admin - Guerrier



Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Opale de Nep Lun 11 Déc - 3:46

Bienvenue à toi parmi nous!

Tes compliments nous touchent droit au coeur, sache-le! Nous sommes très heureuses de te compter parmi nous!
Si tu as des questions, n'hésite surtout pas à nous harceler autant que tu le désires, nous sommes là pour ça! On laisse ton sujet de questions ouvert dans la FAQ, repasses-y quand tu veux!

Bon courage pour ta fiche! J'ai bien hâte d'en découvrir plus sur ton personnage!

_________________

  Je ne suis pas là pour écouter les jérémiades d'une femme

  (c) Lothar Duracier
Revenir en haut Aller en bas
Ràn Brunecorne
avatar
Messages : 1090
Avatar et crédits : Barbara Palvin
Admin - Apprenti Shaman
Admin - Apprenti Shaman



Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Opale de Nep Lun 11 Déc - 6:42

Coucou toi.
Bienvenue ici, c'est un vrai plaisir que de t'y accueillir, n'hésite pas à nous poser tes questions si tu as des interrogations, nous sommes à ta disposition. Merci pour tous tes jolies commentaires ça fait du bien de voir qu'on a pas travaillé pour rien.

Bon courage pour la rédaction de ta fiche, dans tout les cas je serais là pour t'aiguiller et te montrer le chemin. Je suis curieuse d'en savoir plus sur ton bébé

_________________
« Into the Wild »
Une femme dégradée et souillée, c'est une chose, mais une femme maladroite et insouciante, c'est pire encore. - Lothar Duracier
©crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Opale de Nep
avatar
Messages : 399
Je suis à : droite et à gauche, là où le vent m'emporte
Avatar et crédits : Leighton Meester - Eris (vava) + bat'phanie (signa)
Maître des poisons
Maître des poisons



Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Opale de Nep Mar 19 Déc - 23:50

J'ai fini l'histoire

Je vais relire

J'ai voulu aller faire une demande de rp mais je peux pas y avoir accès
J'ai un message qui me dit que seuls les utilisateurs avec un accès spécial peuvent y avoir accès justement
Revenir en haut Aller en bas
Lothar Duracier
avatar
Messages : 1266
Avatar et crédits : Hanry Cavill by Lemon Tart
Admin - Guerrier
Admin - Guerrier



Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Opale de Nep Mer 20 Déc - 1:56

Je vais changer les accès!

_________________

  Je ne suis pas là pour écouter les jérémiades d'une femme

  (c) Lothar Duracier
Revenir en haut Aller en bas
Ràn Brunecorne
avatar
Messages : 1090
Avatar et crédits : Barbara Palvin
Admin - Apprenti Shaman
Admin - Apprenti Shaman



Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Opale de Nep Mer 20 Déc - 22:03


Coucou Jolie demoiselle, ta fiche est un vrai plaisir pour les yeux, cependant il y a juste 2 petits détails que je veux voir avec toi, il faudra que je vérifie avec Lothar, mais normalement après ces corrections tu devrais pouvoir être validée   .

Ca va être très vite réglé tu vas voir. Déjà la tribu de Nep étant vagabonde, on ne peut pas vraiment parler de maison ni de lit. C'est plutôt un amalgame de paille (s'ils en ont) et de peau   . De même parler de fenêtre n'est peut-être pas très adapter. Ils vivent plutôt dans des yourte et des habitations démontables rapidement et facilement -et aussi qui ne soin et pas repérable facilement). Donc il faudrait juste reformuler ces passages ou tu parles de lit et de fenêtres.

Ensuite pour être bien sûre, dans ton rp, tu parle que cela fait un an que tu es dans la tribu de Nep, tu parle bien d'une année depuis qu'elle a obtenu son nom de Nep c'est bien ça?


Voilà je ne t'embête pas plus, normalement il n'y a rien d'autre à ajouter, je vérifierais tout de même avec Lothar et après tu seras libre et faire les bêtises que tu veux (ou presque )
Revenir en haut Aller en bas
Opale de Nep
avatar
Messages : 399
Je suis à : droite et à gauche, là où le vent m'emporte
Avatar et crédits : Leighton Meester - Eris (vava) + bat'phanie (signa)
Maître des poisons
Maître des poisons



Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Opale de Nep Mer 20 Déc - 22:09

Oh je modifie tout ça!

Ah ui j'ai pas précisé du coup parce que ça coulait de source pour moi vu que ça se déroulait maintenant Mais c'est bien un an qu'elle est officiellement chez les Nep en tant qu'Opale

Je reposte dans les fiches validées quand j'ai modifié?
Revenir en haut Aller en bas
Ràn Brunecorne
avatar
Messages : 1090
Avatar et crédits : Barbara Palvin
Admin - Apprenti Shaman
Admin - Apprenti Shaman



Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Opale de Nep Mer 20 Déc - 22:10

Oui s'il te plait, vu l'heure je pense que c'est Lothar qui viendra te valider dans la nuit si ça lui convient
Revenir en haut Aller en bas
Lothar Duracier
avatar
Messages : 1266
Avatar et crédits : Hanry Cavill by Lemon Tart
Admin - Guerrier
Admin - Guerrier



Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Opale de Nep Jeu 21 Déc - 5:07

Bienvenue Opale de Nep


Félicitations!  Tu as réussi le rituel de la validation!  Les esprits sont bien contents de toi et ont décidé de te montrer le chemin!

C'est vraiment une fiche très agréable à lire, tu as très bien maîtrisé l'essentiel de la tribu des Eïrs, j'ai beaucoup aimé comment tu as fait référence à beaucoup de détails dans les annexes.  Tout ça c'est parfait!
Sinon, juste pour l'examen, est-ce qu'Opale est lettrée?  Les Eïrs ne le sont pas souvent et plutôt qu'une feuille avec des noms de plantes, le papier étant très rares, j'aurais plutôt vu un truc de style herbier ou quelque chose comme ça pour un examen groupé.  Enfin cela n'empêche pas la validation, je te le laisse en simple réflexion donc!

Tu peux désormais aller créer ta fiche de liens et te faire tout un tas d'amis ou d'ennemis.  C'est à ton choix!
Nous t'invitons aussi à créer ton sujet d'évolution afin de répertorier tes rps, ta chronologie personnelle, tes goodies, tout ce que tu désireras en fait.
Il t'es aussi possible aussi de proposer un scénario et de retrouver ainsi tous tes petits copains!  N'oublie pas les offrandes aux esprits, ça aide à attirer des joueurs!
Tu peux dès maintenant demander autant de rp que tu le désires dans ce sujet tout fait sur mesure.

N'oublie pas de recenser tout sujet terminé et tout sujet qui pourrait avoir une influence importante pour l'avenir du forum par ici!

Tu gagnes un tas de cristaux avec tes messages, n'hésite donc pas à les dépenser à la boutique.
Pour gagner plus de points, vote pour nous sur les topsites une fois toutes les deux heures!

Voilà, tu es paré pour survivre maintenant!  On te lance dans la fosse aux lions et bon courage!


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Opale de Nep

Revenir en haut Aller en bas
 
Opale de Nep
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» OPALE PETITE PEKINOISE DE 2 ANS (BEZIERS 34500) ADOPTEE
» Intrus... [PV: Couleur d'Opale]
» Opale. [Elsa]
» Pendule d'Opale [Objet magique - autres - humaine]VALIDE
» Pokémon version Opale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les terres de Nòtt :: Espace personnage :: Présentations :: Les voyageurs-
Sauter vers: