Partagez | 
 

 Rencontre sur la frontière - PV Lothar [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Helga Sverre
avatar
Messages : 394
Sylv
Sylv



Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Rencontre sur la frontière - PV Lothar [Terminé] Mer 17 Jan - 20:45

Le mois de Runi, celui du repos, celui où en principe le travail est minoré mais pas pour moi depuis son départ, sa mort, je m'emploie à travailler malgré la douleur qui m'étreint. Nous sommes revenus depuis peu à Anlegg cette ville qui a été abandonnée, mais où je suis installée et née, afin que les terres se reposent. Revenue en ces lieux, j'ai erré, travaillé. Je fredonne toujours, mais mes mélodies sont plus sombres, c'est le cri d'un animal blessé qui sort de ma gorge. Je poursuis cette solitude dans laquelle je me suis inscrite mais je participe aux fêtes de ma tribu. J'ai ma place ici bas et ce n'est pas en pleurant sur mon sort que je parviendrai à me sentir mieux. Je danse dans les bras des hommes, je souris, une illusion pour leur faire croire que simplement, tout va bien. Des hommes en âge de me plaire me font la cour et j'incline la tête comprenant leur souhait profond. Je ne les repousse pas mais je ne les suis pas pour autant, je suis simplement, pas prête, pas pour l'instant.

Nous sommes le lendemain d'une de ses fêtes, j'ouvre les yeux dans cette maison où je suis désormais seule. Me lavant rapidement avec cette bassine d'eau, je me vêtis simplement pour m'en aller à la recherche de plantes dans le besoin. Nous nous dirigeons vers les mois les plus froids et il est de notre rôle de les protéger, qu'elles passent l'hiver à l'abri. Pieds nus, je sors de ma maison. Je croise quelques amis de la tribu, je les salue d'un sourire dissuadant l'un ou l'autre de me poser une question dérangeante. J'en ai assez des inquiétudes, je vis avec ma blessure, je n'ai pas besoin que l'on s'apitoie sur mon sort. Avec le temps, les blessures les plus profondes se ferment même celles que l'on pense inguérissables.

Il me faut bien peu de temps pour arriver à cette barricade. De longues minutes, je la longe, je fatigue vite en ce moment à la marche, est-ce la proximité du désert qui agit ainsi sur ma respiration ? La verdure est encore bien présente mais, un peu plus loin je les vois ces dunes à perte de vue. Une terre sèche, morte. Les Hald ne la respectent pas la terre comme ils devraient le faire. Je sais qu'il y a cet oasis en son centre, c'est la preuve qu'une vie existe malgré tout.

Rêveuse, mon regard plane sur ces dunes, la palissade est fort loin derrière moi maintenant, les maisons éloignées aussi. Un instant, j'ai envie de rebrousser chemin mais mon ouïe est attirée par ce bruit, une course rapide, trop même. Doucement, je me retourne pour le voir arriver dans une envolée de sable. Le cheval qui arrive est noir. Un instant je crois même qu'il va passer tout droit, nullement s'arrêter mais le cavalier semble m'avoir aperçue. Je ne me sépare pas de mon sourire et je le laisse s'approcher. Son costume m'indique déjà ce qu'il est un guerrier. Je fronce un peu les sourcils mais je le sais, je ne suis pas du tout en position de force.

Le laissant finir de s'approcher je hoche la tête par pure courtoisie et le salue le plus naturellement du monde

« Que fais donc un Hald si proche d'un village Njord ? » pure curiosité et simple banalité pour amorcer un contact aussi glacial s'annonce-t-il.


Dernière édition par Helga Sverre le Lun 28 Mai - 6:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Lothar Duracier
avatar
Messages : 1266
Avatar et crédits : Hanry Cavill by Lemon Tart
Admin - Guerrier
Admin - Guerrier



Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Rencontre sur la frontière - PV Lothar [Terminé] Mer 24 Jan - 10:51

Tu as quitté Vojnä il y a un ou deux jours déjà en prenant la direction des terres duniennes où tu devras  prendre tes fonctions pour un moment indéterminé.  Tu es parti muni de provisions, mais tu as décidé que tu n'en prendrais que peu pour faire un détour en territoire njord afin de t'en procurer d'autres encore plus fraîches.  Par ailleurs, les njords sont meilleurs pour préparer les aliments afin qu'ils se conservent longtemps.  Tu ne sais pas exactement combien de temps te faudra-t-il pour rejoindre Zaldi, la capitale de la tribu de Dunan, personne ne sait vraiment où elle se trouve en-dehors de ses habitants et de quelques Duniens dont le travail sert à marquer le passage.  Tu sais qu'une fois là-bas, tu seras l'un des rares étrangers, si ce n'est pas le seul étranger.  Donc avant d'arriver là, tu veux être certain d'être muni de tout ce dont tu auras besoin pour survivre.  Anlegg, ville njord, n'est pas très loin de la frontière que ta tribu partage avec le territoire dunien et le détour ne te ralentira pas plus que d'une journée.  Ta monture est vive et puissante, tu peux compter sur elle pour rattraper le temps perdu.

À mi-chemin entre la frontière et la ville njord, tu aperçois une jeune femme, les cheveux foncés.  Probablement une native de la tribu si on considère son âge.  Tu freines la course de ton noble destrier jusqu'à t'arrêter à la hauteur de la créature.  Une femme.  Ta tolérance envers le sexe faible est plutôt légère, tu les as en horreur ou presque, surtout quand elles ne sont pas issue de ta tribu.  Au moins les femmes Halds, celles qui ne devenaient pas guerrières, étaient les dignes filles de valeureux guerriers.  Elles portaient en elle les bons gènes pour assurer le renouveau d'une nouvelle génération de guerriers.  Pas comme ces Njords ventru.  Ce sont de bons travailleurs, mais ils aiment un peu trop les plaisirs de la bonne chair pour avoir l'esprit suffisamment rigoureux.  Pour le moment, tu ne descends pas de cheval : elle ne mérite pas ta considération et tu ne vas pas t'attarder plus longtemps que nécessaire auprès d'une femelle.

« Mes projets ne te concernent aucunement femme, mais je n'ai pas de mauvaises intentions.  Je suis en route pour Anlegg, » réponds-tu avec fermeté, l'air sévère.

Tu toises de haut en bas, le visage empli de dédain l'étrangère.  Croyait-elle vraiment que tu lui avouerais quoi que ce soit de ce que tu viens faire en territoire njord?  D'ailleurs, il n'est interdit à personne de traverser les différents territoires par ces temps de paix.  Quelque chose vient troubler votre vie quotidienne, mais cela vient du monde des esprits, les vivants n'y sont pour rien.  Et avec la disparition de votre Dagda, tu es inquiet.  Ce n'est pas le moment de s'occuper de guerroyer entre les différentes tribus, pas avant que l'on aie prouvé que l'une d'entre elles soient à l'origine de tous ces tourments.  S'il ne s'agit que de ton instinct, tu es persuadé que tout cela est le fait des Neps, ces sous-êtres qui pourrissent vos terres.  Si tu pouvais seulement tous les exterminer…

« Quelle direction pour la ville? » demandes-tu d'un ton brusque.  Il n'est nullement nécessaire de prendre des gants pour parler à une femme.  Pourquoi devrais-tu te montrer aimable?  Ce n'est pas comme si elle te serait vraiment utile, tu connais déjà le chemin.
Revenir en haut Aller en bas
Helga Sverre
avatar
Messages : 394
Sylv
Sylv



Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Rencontre sur la frontière - PV Lothar [Terminé] Jeu 25 Jan - 20:49

Au fur et à mesure que l'homme se rapproche je comprends ce qu'il est un homme, un guerrier de surcroît. L'entente entre nos deux tribus reste sommaire. Nous autres, Njord, nous sommes pour le moins méfiants et de voir un Hald si proche de ma ville natale éveille quelques soupçons. Mais que pourrais-je faire, seule face à un homme qui ne prend même pas la peine de descendre de son destrier ? Rien, absolument rien. Je le regarde simplement restant moi-même. Je maîtrise ces battements dans ma poitrine assimilés à une peur profonde. Je suis chez moi, je n'ai rien à me reprocher mais le regard de cet inconnu est aussi glacial que ses premières paroles à son égard.

Etourdie, je mets un certain temps à répondre avant de me rendre compte qu'il s'est adressé à moi d'une manière fort impolie. Fronçant les sourcils je ne le quitte pas du regard alors que ma tête se penche sur le côté comme seule réponse pour l'instant à son interpellation bien familière. Mon sourire s'élargit même un peu plus au moment où une idée se fait percevoir dans mon cerveau.

« En route pour Anlegg ? Même si vos projets ne me concernent pas, dans la mesure où vous souhaitez accéder à Anlegg ils le deviennent malgré vous, je m'en excuse. Ne soyez pas rempli d'une certitude qui ne vous sied pas ».

Je suis pour le moins sérieuse. Anlegg, c'est cette ville où je suis née, où je me suis installée. Ses paroles résonnent encore. Mais au travers de sa manière d'exprimer je vois autre chose un dégoût profond de toute chose mais pour quelle raison s'obstiner à agir de la sorte ? Il doit être fort malheureux d'être aussi désagréable. Je me questionne sur son attitude. Ce pauvre guerrier n'a vraiment rien compris à la vie à moins que ce ne soit l'attitude de base de tous les Halds en ce bas monde.

Je reste là les bras croisés face à lui alors que son animal semble s'impatienter. Cet instant où il me dévisage me met quelque peu mal à l'aise et je baisse les yeux aussi rapidement que du rouge s'est emparé de mes joues. Sa question suivante je laisse un court instant s'écouler avant de répondre.

« Je vous montrerais bien le chemin mais au préalable, il va falloir que vous me disiez ce qui vous amène ici, de la nourriture ? » je reste prudente « Nous avons nos réserves pour les mois les plus froids mais selon ce que vous pourrez nous offrir, nous pouvons voir ce qui vous conviendrait le mieux » je relève les yeux, reprenant progressivement pied et je le fixe à mon tour, malgré l'envie de courir me réfugier dans ma demeure « Je pourrais vous offrir le couvert si vous le souhaitez ». Mon mari s'il était de ce monde aurait pu lui cuisiner un bien maigre repas mais les choses en ont décidé autrement.

Je reste accueillante malgré cette crainte profonde. Pour l'instant je n'ai pas bougé et je rencontre son regard. Craintive mais bonne vivante j'ai l'espoir que malgré une entame de rencontre pour le moins glaciale, le reste peut l'être juste un petit peu moins.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Lothar Duracier
avatar
Messages : 1266
Avatar et crédits : Hanry Cavill by Lemon Tart
Admin - Guerrier
Admin - Guerrier



Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Rencontre sur la frontière - PV Lothar [Terminé] Sam 27 Jan - 8:15

Cette femme est sotte, tu t'en convaincs facilement.  Croit-elle vraiment que tu ne sais pas où se trouve la ville et que c'est donc une chance pour toi d'être tombée sur elle?  Si c'est le cas, elle n'a point de cervelles, tout simplement.  Quand bien même serait-elle résidente de la ville, si elle n'en est pas le Nuada, elle ne sert à rien et tu n'as aucun compte à lui rendre.  Que croit-elle?  Que tu vas venir massacrer toute la ville à toi seul?  Quelle idée ridicule.  Tu es un féroce guerrier, ta puissance n'est plus à prouver, mais il y a quand même des limites aux exploits que tu peux accomplir.  Annihiler toute une population à toi seul ne fait pas partie de ceux-ci.  Personne ne le pourrait d'ailleurs.  Prétentieuse femme.  Mais tu as déjà remarqué depuis longtemps que les hommes des autres tribus leur laissent la bride trop lousse.  Qu'ils ne les contrôlent pas assez.  Ils leurs permettent de se croire aussi intelligentes qu'un homme, ce qui est complètement ridicule.  Les êtres du sexe faible qui peuvent prétendre à cela sont rares, extrêmement rares.  Elles sont désignées par les dieux, marquées par leur bienveillance qui les rend différentes des autres.  Ce sont les guerrières de ton peuple.  Des esprits d'homme nés dans un corps trop peu viril pour eux.  Un équilibre justement payé.  Une vie de souffrance et de triomphe.  Devant les maigres bras de cette Njord impertinente, tu sais qu'elle ne fait pas partie de ces rares élues.  Ce n'est qu'une créature comme les autres, de celles qui ne sert qu'à enfanter et récurer la maison.  Elle n'a aucune autre utilité.  Tant de prétention dans un corps aussi faible, si fin que tu pourrais le casser en deux avec seulement la pression des doigts.

Tu te glisses en bas de ta monture, agacé de devoir perdre du temps pour une impertinente dans son genre.  Tu attrapes son menton entre tes doigts, ta prise est ferme, tu lui fais sûrement mal, mais cela ne te préoccupe pas, pas du tout.

« Je n'ai pas besoin qu'un être répugnant comme toi me montre le chemin, je ne veux encore moins de ton couvert, » fais-tu avant de la relâcher avec brutalité, laissant retomber son menton.  Je m redressai et pris dans ma main la longe de mon cheval, toisant la femme avec mépris.  « Tant de cupidité dans un si petit corps.  C'est dégoûtant.  Vos hommes devraient vous apprendre à mieux tenir votre place que cela. »

Des poches pendant de chaque côté de la selle, tu sors une pomme dont tu nourris l'animal.  Il mérite un peu de repos et même si perdre ton temps précieux t'ennuie, tu pourras au moins t'amuser en brutalisant cette femme.  Cette chose qui osait parler et répondre.  À un homme, alors qu'elle aurait dû se taire et se montrer docile.

« Tu crois être importante, aussi importante qu'un Nuada pour me donner des ordres?  Mais même si tu l'étais, ce qui est impossible, ça ne changerait rien.  Je n'ai aucun devoir envers ta tribu.  Je suis seul, quel mal veux-tu que je cause à qui que ce soit? »

Tu as envie de lui cracher dessus, mais tu n'es pas chez toi et tu ne peux pas agir comme tu le ferais avec une femme halde qui aurait osé te parler ainsi.  Tu fais déjà beaucoup d'effort.  L'une des vôtres seraient battue à coup de fouet pour pareille effronterie.
Revenir en haut Aller en bas
Helga Sverre
avatar
Messages : 394
Sylv
Sylv



Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Rencontre sur la frontière - PV Lothar [Terminé] Dim 28 Jan - 10:02

L'homme est impressionnant un brin agressif aussi. Je suis terrifiée et j'aurais presque envie de m'agenouiller devant lui en l'implorant de se calmer. Mais cela ne servira à rien je le sais. Je reste moi-même accueillante, je lui propose le couvert. Je lui propose même de le guider vers Anlegg. Cela ne sert à rien, c'est un fait. Les Njords sont accueillants, bon vivants même s'ils restent pour le moins méfiants vis à vis des Halds. Celui-ci a l'air d'en avoir tous les défauts mais peut-être qu'au fond de lui-même si je fouille bien, il y a un soupçon de gentillesse.

Je reconnais que je suis une douce rêveuse et cela me causera des torts. Je conjugue avec ma timidité également qui ne me facilite guère la tâche. Lorsqu'il descend de son destrier, je relève les yeux pour le regarder esquisse un semblant de sourire jusqu'à ce qu'il ne s'empare de mon menton d'une manière plus que brutale. Je me laisse faire, y compris quand il me relâche. Mes membres tremblent et je tiens péniblement sur mes jambes.

Je me sens souillée, insultée et je n'ai nulle réponse à lui procurer si ce n'est un simple « Pardon » que je murmure. L'évocation d'un homme, du mien fait que je lui tourne le dos pour dissimuler des larmes bien trop vite arrivées. «  Encore faudrait-il que nos hommes ne soient pas morts en effectuant leur travail » dis-je en me retournant les yeux secs mais toutefois brillants. Je suis pour le moins sérieuse. A coup sûr il se moquera et profitera de ma faiblesse que je lui démontre pour me rabaisser encore plus.

Je secoue la tête et le laisse poser ses questions suivantes, mon sourire s'élargit, ma tête s'incline de nouveau sur le côté et je le regarde calmement.

« Nullement importante juste bonne vivante, Monsieur ». je me détourne et lui désigne du menton le chemin qui se dirige vers Anlegg « Ce chemin là vous guidera directement vers mon village, il s'éveille en douceur ce matin je suis une des premières levée ; nous accueillons toujours les bras ouverts les Halds » je regarde son destrier« Permettez que je vous accompagne en revanche je n'irai pas aussi vite que vous-même si vous remontez sur cette magnifique bête si je puis me permettre ».

Je commence à avancer. Si je me rapproche de ma ville je récupérerai un peu de contenance. Entourée de ceux que je connais ma timidité s'effacera. Entourée des miens cela sera bien plus facile de lui faire face. Je l'emmènerai probablement vers notre Nuada, un homme afin qu'il s'entretienne avec cet étranger.

Alors que je me suis éloignée de quelques mètres je me retourne « Qu'attendez-vous donc ? Je vous emmène auprès de notre Nuada, ne craignez rien » puis de manière spontanée « Appelez moi Helga si vous le souhaitez » aussi doucement que possible.
Revenir en haut Aller en bas
Lothar Duracier
avatar
Messages : 1266
Avatar et crédits : Hanry Cavill by Lemon Tart
Admin - Guerrier
Admin - Guerrier



Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Rencontre sur la frontière - PV Lothar [Terminé] Dim 11 Fév - 16:01

Qu'est-ce que ces lueurs étranges dans les yeux de cette femme?  Certainement un sortilège pour tenter de te faire faiblir, mais tu ne cilles pas.  Tu ne seras pas vaincu par une telle créature.  Tu lui lances un regard dédaigneux.  Tu n'as pas besoin de l'attendre et tu exécutes un mouvement de recul pour monter à nouveau sur ta monture à la robe noire encore bien lustrée.  Tu prends un soin très attentionné de la noble bête, elle qui t'a déjà rendue de nombreux services.

La chose s'approche de toi, comme si elle se semblait être une amie.  Comme si elle croyait avoir le droit de te parler autant sans te demander la permission, comme si c'était normal qu'elle se considère comme ton égale.  Si tu étais encore en territoire hald, tu lui donnerais un coup de pied au ventre pour lui apprendre à tenir son rang comme il se doit.  Quelle disgrâce de voir un sous-être de ce genre oser tendre vers les sphères les plus élevées de la société.  Osez t'adresser la parole comme à un ami!  Cela est ridicule et tu dois te faire violence pour ne pas lui rappeler où est sa place.  Malheureusement, les autres tribus ont du mal à faire tenir leurs femelles en place et c'est toi qui en paie désormais le prix, retenant tes impulsions justes et naturelles de défigurer d'un coup de lame le visage de cette impertinente.  Seule ta hâte et ton désir très peu développé de lancer une guerre diplomatique pour quelque chose d'aussi trivial retiennent ton geste, ta main posée sur la garde de ton épée.  Tu la laisses finalement tombée le long de ton corps et pousse un long soupir.  Tu enfourches ton destrier sans un mot avant de la tirer par le bras pour l'asseoir derrière toi.

« Tiens-toi femme, je n'ai pas de temps à perdre à marcher en compagnie d'une femme qui parle autant que toi.  Je te jure que si tu enfonces les genoux dans l'encolure de mon cheval je te jette à terre et tant si je te piétine.  Personne ne te pleura! »

L'animal piaffe un peu avant de se lancer dans un trot léger.  Avec une Njorde par-dessus le marché, le poids risque de le faire fatiguer trop vite si tu te lances au galop.  Au moins, c'est déjà plus vite qu'à pied et tu pourras rattraper le temps perdu plus tard en te reposant moins sur la route.  Tu n'as d'ailleurs pas besoin de repos.  Rien à foutre de son nom, ni de comment elle désire que tu l'appelles.  Comme toutes les autres, elle portera cet unique nom : femme.
Revenir en haut Aller en bas
Helga Sverre
avatar
Messages : 394
Sylv
Sylv



Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Rencontre sur la frontière - PV Lothar [Terminé] Mer 14 Fév - 20:00

Je suis imperturbable malgré le cœur qui tambourine dans ma poitrine. Je lui fais face mais mon regard s'abaisse car je n'assume pas du tout ce que je fais. Je suis bien idiote d'avoir osé proposer mon aide à cet homme qui semble dépourvu d'un instinct de protection envers la gent féminine. Il souhaite que je lui fasse preuve de respect alors je m'exécute, lui proposant même de lui montrer le chemin jusqu'à la ville. Les Halds et celui-là particulièrement ont suffisamment la réputation de nous rabaisser. Je ne veux pas compromettre cette ambiance prétendument bonne entre nos deux tribus par le hasard d'une rencontre. Elle est fortuite et j'ai bien l'intention que l'issue n'endommage pas une paix fort illusoire.

Lorsque je lui désigne du menton le chemin et que je m'éloigne de quelques pas je ne perçois que trop tard qu'il a déjà enfourché sa monture. Je n'ai pas le temps de réagir alors qu'il me positionne sur la croupe de l'animal. Aucun cri ne sort de ma bouche pourtant la stupeur et le mal-être se lit sur mon visage.

Je n'articule qu'un timide « Merci » alors que je tiens bien maladroitement sur un rythme pour le moins régulier de la part de l'animal. Je n'ai jamais appris à monter sur ces animaux et j'ai conscience que si je chute la moquerie et la colère ne seront que naturelles chez le guerrier. Il ne s'est pas présenté et je comprends bien qu'il préfère garder son identité inconnue. C'est en silence et terrifiée que je le laisse diriger notre embardée vers la ville.

Je ferme les yeux faisant corps avec l'animal, je manque à chaque accélération de chuter mais je parviens à garder une contenance aussi frêle soit elle. Lorsque j'ouvre les yeux à nouveau nous nous trouvons sur un embranchement et dans un murmure j'indique à l'homme.

« Sur la gauche ce sera bien plus rapide et votre cheval ne s'épuisera pas ».

Je déglutis avec peine. J'aimerais lui poser d'autres questions mais à voir son attitude, elle serait bien mal venues. Toutefois quelques mètres plus loin à l'instant où nous arrivons en vue de nos habitations je me laisse glisser doucement du dos de l'animal.

« Permettez que je vous devance et que je vous annonce ? » je ne quitte pas mon sourire aussi déstabilisant soit cet Hald je lui fais face et m'incline « Je vous remercie pour ce retour bien plus rapide que s'il avait été à pied et ma tribu est prête à vous offrir les provisions que vous quémanderez »

Je m'éloigne un instant avant de faire demi tour « Au préalable, je vous demanderai toutefois qui dois-je annoncer hormis un illustre inconnu ? » je reste de marbre et je m'obstine à lui demander son identité, à voir si cet Hald tout aussi malpoli semble-t-il consentira à répondre à mon énième demande.


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Lothar Duracier
avatar
Messages : 1266
Avatar et crédits : Hanry Cavill by Lemon Tart
Admin - Guerrier
Admin - Guerrier



Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Rencontre sur la frontière - PV Lothar [Terminé] Jeu 8 Mar - 20:39

Faible.  Te remercier?  Elle est idiote.  Tu ne la prends pas en croupe pour son propre bien, mais bien parce que tu es pressé.  Tu n'as pas besoin de son aide.  Aucunement besoin de ses directives pour trouver le chemin qui te mènera à la ville.  Simplette.  Les insultes défilent rapidement dans ta tête bien que tu ne les formules pas à voix haute.  À quoi bon gaspiller ta salive sur une femme de son genre?  Il te faudra d'ailleurs offrir un bon bichonnage à cette fidèle monture, c'est lui faire outrage que de mettre une Njorde derrière toi tandis que tu le chevauches.  Tu écoutes  toutefois son conseil : bien que ce soit une stupide de femme, elle connaît certainement mieux la topologie du terrain que toi et tu lui accordes – bien qu'avec un peu de doute – ta confiance à ce propos.  Si ton noble destrier se blesse, elle en paiera les conséquences.  Probablement de sa vie.  La vie d'un cheval vaut plus que celle d'une femme.  Beaucoup plus.  Surtout quand il s'agit d'une aussi belle bête.  Il t'avait fallu du temps avant de pouvoir l'obtenir.  Du temps et beaucoup d'effort et tu serais fort chagriné de perdre sa belle musculature.

Une fois aux portes du village, elle se laisse glisser au sol, avec une certaine maladresse qui t'agace.  Tu pousses un long soupir et secoue la tête avant de mettre pied à terre à ton tour.  Elle t'agace à toujours poser des questions tout aussi stupide les unes que les autres.  Te faire annoncer? Elle te prend pour qui?  Le Nuada de ta tribu?  Ne sait-elle pas qui il est?  Remarque, c'est une simple d'esprit, elle ne reconnaîtrait probablement pas un âne d'un cheval.  Tu la regardes avec dédain.

« Me remercier? Tu es bien sotte de croire que je l'ai fait pour te rendre service.  C'est presque amusant.  Il suffit maintenant de parler de m'annoncer, c'est d'un ridicule! » lâches-tu.

Tu es un peu irrité.  On dirait le fou du village qui ne sait que répéter les mêmes phrases en tout temps.  Elle t'agace profondément.  Elle cherche toujours à apprendre qui tu es, comme si elle avait le droit d'y prétendre.  C'en devient désopilant.  Quelqu'un de son espèce ne mériter d'espérer pouvoir entendre ton nom.  Tu soupires, énervé.

« Et maintenant, tu m'arrêtes tes bêtises.  Tu annonces tous les visiteurs venus faire du troc avec les habitants du village?  J'ai besoin de vivres, pas de m'entretenir sur les relations de paix entre Halds et Njords avec le chef du village.  T'es agaçante et si tu continues comme ça je vais te le faire regretter. »

Tu prends la longe de ton cheval et passe en premier la palissade qui entourent les habitations njordes.  Anlegg n'est qu'un petit bourg en comparaison des splendeurs de Vojnä.

« Commence donc par m'indiquer où faire reposer et restaurer mon cheval, » commandes-tu d'une voix qui n'accepte aucune réplique.

_________________

  Je ne suis pas là pour écouter les jérémiades d'une femme

  (c) Lothar Duracier
Revenir en haut Aller en bas
Helga Sverre
avatar
Messages : 394
Sylv
Sylv



Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Rencontre sur la frontière - PV Lothar [Terminé] Mer 14 Mar - 23:37

Le guerrier sans nom me fait frissonner de terreur. Depuis que notre échange a débuté j’ai tenté la courtoisie, la sympathie, l’amabilité sans rencontrer la moindre parcelle de douceur. J’ai pourtant appris à conjuguer avec bon nombre d’entre eux. La frontière est proche et plusieurs d’entre eux viennent opérer du troc mais je crois bien que aussi loin que ma mémoire me le permet je n’ai pas souvenir d’une telle ingratitude.

De manière fort surprenante je reste de marbre. Je choisis de ne plus rien répondre. Il poursuit sa véhémence à me rabaisser et à me traiter de tous les noms. Telle une statue je reste de marbre. Je reste silencieuse et je blêmis au fur et à mesure de ses paroles. Aucune larme ne sort de mes yeux, je n’ai plus d’eau. Ma gorge est sèche et je déglutis avec peine.

Je baisse la tête en signe d’infériorité. Inconsciemment j’ai presque envie de m’agenouiller face à lui mais je suis chez moi, dans cette ville où je suis née et cela sera malvenu. Je pourrais choisir de m’excuser une fois de plus au risque d’en perdre la tête pour de bon. Au final je n’en fais rien et j’attends simplement qu’il cesse ses attaques verbales.

A sa dernière question je sursaute c’est ce qui me permet de reprendre la parole d’une voix blanche éteinte.

« Suivez moi » pas de s’il te plait mais un regard éteint pour répondre au Hald inconnu. Je lui tourne le dos à un endroit un peu en retrait. Son cheval sera au calme là, nul dérangement « Attachez le là je vais lui chercher de l’eau et à manger ». Je n’attends pas sa réponse aussi cinglante soit elle. A peine plus loin je vais chercher de la nourriture pour son destrier, de l’eau également. Je pose les seaux juste devant le guerrier « Je vous en prie ».

J’apprends de mes erreurs rapidement envers un inconnu. Il est évident qu’il ne me laissera pas nourrir son cheval donc autant le laisser faire. Ma maison se situe à peine plus loin et m’éloignant d’un pas je lui murmure d’une voix toute aussi éteinte.

« Je vous attends dans ma demeure à peine plus loin je vous prépare de quoi garnir votre besace ; vous pourrez également vous reposer et repartir à votre guise dès que vous le souhaitez ».

Sans attendre sa réponse une nouvelle fois je m’éloigne. Je récupère quelques provisions avant de rentrer dans mon habitation. En silence tournant le dos je lui prépare quelques provisions. La porte s’ouvre un instant plus tard et sans même me retourner j’indique une couche au loin.

« Allez vous allonger ou asseyez vous à table faites comme cela vous convient ».

Mes gestes trahissent ma terreur, je tremble, ma mâchoire est crispée et je mords ma lèvre inférieure pour lutter contre ces larmes qui perlent sur ma paupière.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Lothar Duracier
avatar
Messages : 1266
Avatar et crédits : Hanry Cavill by Lemon Tart
Admin - Guerrier
Admin - Guerrier



Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Rencontre sur la frontière - PV Lothar [Terminé] Ven 23 Mar - 16:16

Elle semble enfin comprendre, cette sotte de Njord.  En même temps, on ne pouvait pas s'attendre plus de la part de ce peuple de grassouillets.  Savent-ils faire autre chose que manger?  Autant d'inactivité doit leur embrouiller le cerveau, tu en es plutôt certain même.  Heureusement que tu es là pour mettre un peu de plomb dans la tête de celle-là.  Elle ne le mérite pas, bien évidemment, mais au moins lorsqu'elle croisera de nouveau des représentants des tiens, elle n'aura plus de raisons d'être aussi idiote.  Une femme bien dressée, voilà ce qu'elle deviendrait.  En cela, tu fais un travail exceptionnel, c'est même presque une œuvre de charité.  Elle devrait t'être plus reconnaissante et adopter une attitude admirative, te vénérer comme un dieu, toi qui apporte la lumière sur ses jours de manière aussi généreuse et désintéressée.  Mais les Njords ne peuvent pas comprendre si peu de choses aussi facilement, on ne peut pas s'attendre à trop de leurs compétences mentales.  Manger leur alourdit le cerveau tout autant que le corps, peuple d'invertébrés.  Si ce n'était des champs qu'ils savent cultiver sans pareil, ils ne serviraient absolument à rien.  Rien.  De la vermine.

Tu la suis en silence, un peu agacé.  Elle ne t'emmène pas vers une étable, elle te fait simplement attacher ton noble destrier là, dehors, à la portée de tous.  La bonne bête risque de se faire emmenée pour être mangée dans un de leurs festins d'orgie ou tu ne sais trop quoi si tu la laisses trop longtemps sans surveillance.  Tu pousses un long soupir, mais as-tu vraiment le choix de faire ainsi?  De toute façon, tu ne prévois pas rester longtemps.  Tu noues la longe de la bête dans un nœud complexe et tu te prépares à la nourrir convenablement.  Elle est idiote cette Njorde, mais au moins elle sait quoi apporter pour sustenter un étalon comme le tien.  Une fois que tu es certain que l'animal se portera bien, tu te diriges vers la masure qu'elle t'a indiquée : les Pieds Noirs ne savent pas construire les maisons.

Quand tu entres, elle t'offre de t'asseoir ou de t'allonger.  Tu retiens une insulte, parce que la prononcer à haute voix aurait offensé les esprits de la maison.

« J'ai horreur de me répéter, je suis seulement venu prendre des provisions.  Je ne vais pas m'allonger.  À moins que c'est que tu ne désires vraiment? »

Tu l'attrapes par la taille, un regard lubrique posé sur elle alors que tes mains se posent à des endroits indécents sur son corps.  Tu la presses contre toi, même si ce geste te dégoûte.  Cela devrait suffire à lui rappeler son rôle de femme.  Tu approches lentement la bouche de son oreille.

« C'est donc à ça que tu pensais tout à l'heure…  Mais il fallait le dire plus tôt, je t'aurais réglé le soucis bien avant qu'on ne soit arrivés ici… » dis-tu d'une voix terrible tandis qu'un de tes mains fait remonter les pans de sa jupe.

_________________

  Je ne suis pas là pour écouter les jérémiades d'une femme

  (c) Lothar Duracier
Revenir en haut Aller en bas
Helga Sverre
avatar
Messages : 394
Sylv
Sylv



Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Rencontre sur la frontière - PV Lothar [Terminé] Sam 24 Mar - 23:43

La peur me tiraille, l’appréhension aussi. J’ai entendu la demande du guerrier d’obtenir quelques vivres. Toutefois en bonne Njord je lui propose bien plus. Un repos mérité après un chevauchement d’un fier destrier. J’offre sans arrière-pensée aucune si ce n’est d’offrir une hospitalité méritée. Mes paroles sont spontanées comme la crispation de mes mâchoires pour dissimuler la crainte qui s’empare de moi.

Je suis affairée à regrouper des paquets de nourriture et les paroles qu’il m’adresse n’entendent qu’un hoquet comme simple réponse. Le hoquet devient cri lorsque ses mains se déposent en des endroits stratégiques touchés uniquement par Sven ou ma mère lorsque j’étais enfant. Je suis crispée, je ne comprends pas du tout ce qu’il lui passe par la tête. Je pourrais crier pour appeler à l’aide ceux de ma tribu. Je pourrais le frapper, le repousser pour qu’il me laisse et courir ainsi en dehors de ma demeure mais je n’en fais rien.

Je ne tremble plus, je ferme simplement les yeux. J’ai envie de m’enfoncer dans le sol et ne plus en ressortir. Je suis contre cette table et je m’y agrippe plantant mes ongles dans le bois. Je sens les pans de ma jupe se soulever et c’est à ce moment là seulement que j’ose rouvrir les yeux.

Il est dans mon cou et je ne vais pas tarder à manquer d’air. Mordant ma lèvre jusqu’au sang je relève une de mes mains pour m’emparer de sa tête et la repousser en arrière pour saisir son regard. Je suis moins forte que lui et cela me coûte de lutter contre sa volonté.

« Cessez donc de vous trouver agresser de mes paroles ; les Halds ne sont pas connus pour leur accueil contrairement à ma tribu qui vous offre des provisions comme vous en quémandez » je ne le quitte pas du regard et ma main quitte son visage pour se planter à nouveau dans le bois de la table. J’incline la tête fuyant son regard « Vous parlez de moi mais n’est-ce pas vous qui êtes simplement dans le besoin de douceur ? Avez-vous peur de souffrir d’ouvrir votre cœur à une des femmes Halds ? A être si brut jamais vous ne trouverez une femme aussi obéissante soit elle » je veux percer cette carapace et je poursuis fermement décidée à mettre à nu le caractère de l’homme « Et maintenant si vous permettez que je poursuive vos paquets pour vos provisions je vous prierai d’ôter vos mains de mon corps ; je n’ai rien à me reprocher, je suis chez moi, vous êtes chez moi ; je ne suis pas femme à obéir ne vous en déplaise. Si vous voulez trouvez une de ces écervelées retournez d’où vous venez » je poursuis « Mais réfléchissez bien à ce que je vous ai dit ne tournez pas le dos à vos faiblesses elles sont bien souvent celles qui forgent le plus votre caractère ». Référence à cette perte de Sven ; depuis qu’il est parti je me sens habitée d’une force nouvelle. Le deuil est derrière moi je devrais vivre de nouveau alors je tente jour après jour d’espérer un bonheur aussi subtil soit-il.

Malgré le fait que je sois une femme de la nature, il en reste guerrier et je ne peux sortir de son étreinte. Je me rends compte que mes mots sont osés vis-à-vis de cet homme qui m’a à sa merci. Toutefois au fond de ses yeux je perçois ce garçon, ce fond d’humanité. Il n’est pas une machine sans cervelle, dans cette poitrine bat un cœur pour une femme qu’il n’a probablement pas encore rencontré le tout est qu’il s’en rende compte.

Notre rencontre est explosive mais bien naïvement j’ai l’espoir que les mots que j’ai employés trouveront un écho dans quelques mois ou années dans la cervelle du guerrier. J’ose un sourire qui ne se veut nullement moqueur. Un geste simplement prouvant à l’homme que malgré mon teint blême je n’ai pas peur… Quand il aura passé le pas de la porte, qu’il m’aura tourné le dos, en revanche je risque de m’écrouler sous l’effort de contenance que j’ai produit… mais pas devant lui non je ne craquerai pas…

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Lothar Duracier
avatar
Messages : 1266
Avatar et crédits : Hanry Cavill by Lemon Tart
Admin - Guerrier
Admin - Guerrier



Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Rencontre sur la frontière - PV Lothar [Terminé] Ven 30 Mar - 18:18

Tu retiens un reniflement de dédain.  Les Njords vous offrent des provisions?  Mais tu vas lui donner son dû pour les services rendus.  Quémander à ces gros dodus joufflus plein de soupe?  Une fois de plus la stupidité légendaire des femmes te frappe.  Elles n'apprennent jamais rien. Pourtant, on ne peut pas trop le leur reprocher, elles en sont tout simplement incapables.  Tu soupires, plein de mépris devant la suffisance de cette créature qui se croit au même niveau que les hommes de ta trempe.  Son petit jeu commence à t'agacer sérieusement et si elle continue comme ça, elle risque de le regretter sincèrement.  Tu n'as pas de temps à perdre sur les idioties d'une femme, mais dans la ligne des choses, il ne fait pas de doute qu'il faudra bien que tu lui apprennes à se taire.  Parce que non seulement elle déblatère des non-sens, en plus elle ose te toucher, ce que tu ne peux pas supporter.

Et elle ose parler d'un besoin de douceur.  Toi?  Qu'as-tu besoin des affections dégradantes qu'une femelle peut éprouver?  Mais absolument rien.  Ses sentiments larmoyants, elle peut les garder pour elle.  C'est par la force et la contrainte qu'on soumet une créature aussi basse, aussi empoisonnée.  Une femme n'a d'autre rôle que de faire des enfants à l'homme qui a eu la générosité de la prendre à sa charge.  Ni plus ni moins.  Elle ne doit que s'assurer que les gènes de son époux se transmettent et que la famille perdure.  C'est à travers elle que naissent les grands guerriers et c'est la seule chose dont elle puit se flatter de toute son existence.  Le manque de conscience de cela des autres tribus te sidère.

Finalement, c'est la naïveté de cette femme qui me fait éclater de rire.  Je la repousse sans douceur, me préoccupant peu que dans son recul elle puisse se blesser en percutant quelque chose.  Ce ne serait que mérité.

« Une femme pour me parler de faiblesse.  Tu devrais d'abord songer aux tiennes.  C'est presque adorable de voir avec quelle naïveté tu as cru que je pourrais avoir envie de m'étendre avec toi.  Je ne prendrais jamais le risque d'affaiblir les héritiers de ma force avec du sang de Pied noir. »

Tu t'écartes et observe la cabane avec peu d'intérêt.  Tes yeux se posent à nouveau sur la femme.  Abjecte chose.  Elle te dégoûte.

« Tu ne prépares pas mes provisions?  Tu regrettes que je n'éprouve pas le moindre désir pour toi?  Réconforte-toi, je te paierai autrement pour dédommager tes pertes. »

Un sourire mauvais se trace sur ton visage.  « Bien évidemment, il y aura déduction pour avoir osé me toucher, idiote. »

_________________

  Je ne suis pas là pour écouter les jérémiades d'une femme

  (c) Lothar Duracier
Revenir en haut Aller en bas
Helga Sverre
avatar
Messages : 394
Sylv
Sylv



Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Rencontre sur la frontière - PV Lothar [Terminé] Lun 9 Avr - 22:29

Le contact avec ce guerrier m’a glacée. Un instant j’ai même cru que j’allais perdre connaissance et tomber inanimée sur le sol. Je ne sais pas encore par quelle force je suis parvenue à lui tenir tête et j’ai osé aligner quelques mots. Un espoir probablement vain de percer une carapace pour le moins visible ? Je n’arrive pas à comprendre la méchanceté gratuite des personnes, le dégoût que l’on inspire aux autres tribus. Tout n’est que partage dans ce monde mais certains se refusent simplement à y croire.

Je n’ai pas d’arme, je n’ai que des mots aussi futiles soient ils pour atténuer la souffrance que je subis à cet instant. Je n’ai que cette main pour tenter de percevoir une autre personne que cet homme abject qui me fait face. Les syllabes ne rencontrent rien, un mur de glace et de haine à la hauteur des souffrances qu’il a très certainement endurées.

Quand il me rejette me crachant littéralement au visage des nouvelles inepties transparentes d’une blessure même infime je souris. Je ne peux pas ne pas réagir à cette victoire aussi minuscule soit-elle et je me retourne vers son paquetage qui était pourtant prêt avant même qu’il ne s’en inquiète.

« Celui-ci est déjà prêt et vous attend sur la table que vous trouverez juste en sortant de chez moi ».

Je reste silencieuse à ses mots suivants, je ne rebondis pas. Je m’éloigne dans un recoin un peu plus sombre pour croiser les bras devant mon torse. Je me protège plantant mes ongles dans mes avant bras pour lutter contre cette nouvelle montée de larmes qui perlent sur le bord de mes paupières.

« Déposez votre argent ou partez sans rien déposer je n’en ai que faire, laissez moi juste retrouver cette tranquillité, je n’ai que faire de votre pitié ou même de votre colère à l’égard de la gent féminine ; je ne sais pas ce que femme vous a fait ni même vous a pas fait mais vous interprétez les gestes de sympathie sans arrière pensée que l’on peut avoir à votre manière » je m’éloigne encore d’un pas « Eloignez vous de moi, être de la guerre et du combat, fin mesquin et vil manipulateur mais souvenez vous quand nous nous rencontrerons bien plus tard que je vous ai proposé mon aide sans jugement ni arrière pensée aucune ».

Les mots se succèdent les uns après les autres telle une sentence. Je ne veux plus qu’il m’approche ni même qu’il me touche alors que je suis cette fois ci au plus profond de ma demeure.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Lothar Duracier
avatar
Messages : 1266
Avatar et crédits : Hanry Cavill by Lemon Tart
Admin - Guerrier
Admin - Guerrier



Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Rencontre sur la frontière - PV Lothar [Terminé] Mar 17 Avr - 4:19

Tu hausses les épaules et t'emparent du paquet dans plus de cérémonie.  Comme tu ne peux pas offrir tes services de guerrier en échange puisque que tu es attendu ailleurs, tu sors de ton paquet une peau de coyote.  Cela devrait valoir la nourriture qu'elle aura préparé pour toi.  Tu ne te préoccupes point de ses sentiments blessés, qu'est-ce qu'à tes yeux que les pleurs d'une femme? Rien.  Leurs émotions ne valent pas plus que leur existence même et il ne sert à rien de s'y attarder inutilement.  « Prenez ça, je doute que tu saches t'en servir, mais tu pourras l'échanger pour autre chose plus tard.  Je ne te remercie par pour l'hospitalité, ni pour ton accueil sans me juger, tu as décidé toi-même de tes agissements et je ne t'ai rien exigé. »

Tu ajustes sur ses épaules ta besace et quittes la maison sans un regard pour cette femme.  Bafouée ou non, qu'en as-tu à faire.  Elle est inintéressante.  Toutefois, sur le seuil de la porte, tu ne peux t'empêcher d'ajouter.  « Je doute que la malchance ne porte une seconde fois mes pas jusqu'à ta porte Njorde.  Et si cela devrait arriver, libre à toi de penser comme bon te le sent, ton opinion ne vaut rien contre moi. »

Et tu t'éloignes pour aller rejoindre ta monture qui est rafraichie pour le reste du voyage.  Tu sangles tes bagages contre son flanc à nouveau avant de détacher la longe qui retenait la bête à un piquet et tu l'entraînes jusqu'aux palissades de bois qui entourent le village.  Seulement à ce moment-là, tu montes sur le dos de l'étalon pour reprendre ta route sans porter un regard derrière toi.  Il n'y a rien pour toi dans cette bourgade de cultivateurs.  Et tu n'éprouves même pas le moindre regrets pour la façon abominable – selon les critères des autres tribus – dont tu as traité cette femme.  De toute façon, tu ne la reverras jamais.

_________________

  Je ne suis pas là pour écouter les jérémiades d'une femme

  (c) Lothar Duracier
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rencontre sur la frontière - PV Lothar [Terminé]

Revenir en haut Aller en bas
 
Rencontre sur la frontière - PV Lothar [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» A la frontière des mondes [Terminé]
» La justice n'a pas de frontière [Terminé]
» L'ambassadeur dominicain dément la fermeture de la frontière par son pays.
» Menace de paralysie des activités à la frontière haïtiano-dominicaine à partir d
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les terres de Nòtt :: Continent :: Les plaines et les vallées du Rìgan :: Anlegg-
Sauter vers: