Partagez | 
 

 Je le vois dans tes yeux [Alrik et Opale]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Opale de Nep
avatar
Messages : 399
Je suis à : droite et à gauche, là où le vent m'emporte
Avatar et crédits : Leighton Meester - Eris (vava) + bat'phanie (signa)
Maître des poisons
Maître des poisons



Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Je le vois dans tes yeux [Alrik et Opale] Mar 6 Mar - 15:03

Tu est furieuse. Même si le terme paraît bien au-delà de la vérité. Tu écumes presque de rage. Ta capuche rabattue sur la tête, tu arpentes les prairies herbeuses qui entourent votre camps. Voilà déjà trois semaines que tu es revenue de ton périple dans cette grotte. Tes blessures commencent à se remettre mais tu es transpercée parfois par des vagues de douleur, preuve que tu n'es pas complètement remise. Même si le guérisseur t'a soigné avec une main de maître, tu sais que tu te serais encore mieux remise dans ta tribu natale. Chez les Neps, les moyens ne sont pas les mêmes qu'ailleurs et vous devez souvent faire avec ce que vous avez. Mais le pire... tes cheveux. Ton guérisseur n'a pas la main mise dessus et seule la nature peut leur redonner leur taille d'origine. Tu n'as pas eu le courage de tout égaliser, tu te serais retrouvée totalement chauve. Alors tu erres sous ta capuche, subissant les moqueries de beaucoup de tes comparses. Heureusement, cela ne semble pas entacher les ardeurs de Tigre et, par tes actions, tu as gagné le respect de pas mal de Neps, y compris de Chouette. Tout ça c'est bien beau mais il n'en demeure pas moins que tes cheveux, eux, mettent beaucoup trop de temps à repousser. De ton point de vue.

Et parmi ceux qui se moquent de toi, il y a Loup. Alors lui... lui tu viderais bien la totalité de tes pires poisons dans ses verres. Et tu le regarderais se tortiller dans tous les sens sous la souffrance qu'ils occasionnent avant qu'il ne finisse par succomber. L'envie ne t'en manque pas. Tu le regarderais avec ce sourire cruel, les yeux pétillants d'une flamme glaciale que bien peu te connaisse. Bien loin de cette Opale souriante, optimiste et malicieux qui vagabonde entre les tentes. Non, c'est une Opale plus cruelle, plus froide et carnassière, née dans cette grotte juste avant qu'elle ne reçoive son nouveau nom. C'est de cette Opale qu'il faut se méfier. Et c'est malheureusement celle-là qui a pris le contrôle de ton esprit en ce jour. Et tout ça par la faute de ce Loup de malheur. Tu le sais pourtant qu'il convoitait cette pierre depuis qu'il l'a aperçu alors que tu la montrais à Tigre. Il a de suite été intéressé et est venu plusieurs fois te trouver pour te l'échanger. Mais c'est sûrement l'unique chose qui te rappelle ta mère. Qui te rappelle ta famille. Et tu refuses de la laisser. C'est un souvenir, le rappel nostalgique de ce qu'a pu être ta vie. Puis il a fallu que tu ailles dans cette grotte, chercher les réponses à tes nuits hantées par des rêves étranges. Ensuite, tu as été trop mal en point pour le remarquer tout de suite. Puis tu as cru la perdre. Tu l'as cherché partout. Mais la réalité, c'est que Loup te l'a dérobé. Et maintenant, tu te retrouves coincée. La dure loi des Neps. Rien n'interdit ainsi le vol. C'était à toi de protéger tes biens. Tu as choisi de ne pas l'amener, au cas où, et Loup en a profité. Te voilà ainsi sans ta pierre et dans l'incapacité immédiate de la récupérer. Et, en dehors de ton envie de le fracasser, il ne te reste pas grand chose.

C'est pour te calmer que tu arpentes en premier lieu ces prairies, avant de t'engouffrer dans un petit bois où quelques branches te fouettent le visage. Tu n'y fais même pas attention, tout occupée à ta fureur et tes réflexions. Et c'est alors que tu lèves les yeux vers le chemin devant toi que tu le vois. Il est là. Encore et toujours. Mais il te suit ou quoi ? Il ne peut juste pas te laisser tranquille ? Non seulement il te vole tes affaires mais en plus il vient te harceler ?

-Mais t'as pas un autre endroit où aller fourrer ta sale truffe, Loup ?
grondes-tu furieuse en traçant droit vers lui.

Peut-être pourras-tu au moins retrouver ta pierre.
Revenir en haut Aller en bas
Alrik Brume-esprit
avatar
Messages : 103
Je suis à : Asgarn
Avatar et crédits : Jared Letto
Guide
Guide



Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Je le vois dans tes yeux [Alrik et Opale] Dim 18 Mar - 21:53

Le voyage avait été éprouvant. Rejoindre Asgarn, prendre un repas chaud, savourer un verre de lait devant le feu. Voilà tout ce à quoi aspirait le guide qui avançait, tel un somnambule, au milieu des arbres nus.
 
Venu de Slàinte, l’Eïris qui avait requis ses services pour être menée jusqu’à Maes lui avait paru dans un premier temps sympathique. Leurs tribus respectives habituées à s’entendre, ils avaient entamé un voyage qui se voulait court et agréable. La jeune femme aux longs cheveux sombres savait tenir une discussion des plus intéressantes, s’accommandant sans aucun souci du caractère timide et peu bavard de son guide. Taquine, vive et intelligente elle lui avait conté les raisons qui la poussaient en territoire Njords, elle et ses connaissances de la flore. Alrik s’était même surpris à sourire, à apprécier cette compagnie féminine pleine de joie et d’entrain après les sombres évènements de la grotte.
Le premier soir il avait été surpris de la voir se dévêtir devant lui, sans gêne aucune. Afficher devant ses yeux ses courbes agréables qui se paraient d’ombres flatteuses à la lueur de leur feu. Il avait détourné les yeux, confus, troublé, rougissant comme un adolescent. Après toutes ces années ses pensés se tournèrent vers Adelheid, vers sa réaction si elle apprenait qu’il avait osé regarder une autre qu’elle. Et il ignora le rire, cristallin, de l’Eïris devant sa pudeur, devant ses joues rouges et son regard penaud.
 
De là était né un jeu qui ne lui plaisait guère. Car pour y jouer, il fallait être deux. Etait-ce son ingénuité qui l’avait séduite ? Ou au contraire se délectait-elle de son embarras ? Qu’importe. Elle se mit à le solliciter, le chercher, le séduire par ses mots, par ses gestes, exhibant ses courbes, sous-entendant les délices qu’elle pourrait lui offrir. Et lui, discret, timide, s’enfonçait dans un malaise qu’il avait du mal à décrire. A définir. Il ne voulait pas d’elle. Il ne voulait pas de son corps pour réchauffer ses draps. Encore moins l’observer faire glisser ses mains sur sa poitrine dénudée.
Le jeu devint peu à peu lourd… malsain… étouffant. Et lorsqu’enfin il se sépara d’elle à Maes, laissant derrière lui ses regards pervers et ses mots volages, il rebroussa chemin, rapidement, fuyant ces souvenirs qui parfois lui semblaient sales.
 
Il n’avait même pas pris le temps de faire une pause à la nuit tombée, enchaînant les kilomètres, refusant simplement de se retourner. Et les heures défilaient, toutes semblables, alors qu’il avançait, inexorablement. Perdu dans ses pensées, celles-là même qu’ils ne suivaient que distraitement, les laissant défiler, s’entrechoquer, se mêler en une multitude d’idées, les yeux rivés au sol, il manqua de tomber à la renverse quand une furie déboula sur le chemin.
 
 -Mais t'as pas un autre endroit où aller fourrer ta sale truffe, Loup ?
 
Alrik recula de quelques pas et, dans un pur réflexe, pris une posture défensive, empoignant son bâton de marche à deux mains. En réalité, il ne savait pas s’en servir comme d’une arme, mais il avait remarqué que donner l’illusion de savoir combattre suffisait à dégonfler les plus faibles des égos. La silhouette encapuchonnée continua cependant de lui fondre dessus et Alrik cru voir l’espace d’un instant Adelheid, furieuse, se diriger vers lui. Ces gestes, cette démarche, tout dans ce comportement trahissait une fureur toute féminine.
 
« Veillez m’excuser si j’ai pu vous offenser ! Lança Alrik, reculant toujours, sa course s’arrêtant soudain alors que son dos se plaquait contre un arbre. Je n’en avais pas l’intention ! Je suis confus ! Désolé ! »
 
Il avait presque crié ses mots, d’une voix étrangement aigue, appliquant là la seule technique qu’il savait efficace lorsque la colère de l’utérus s’abattait sur lui. Qu’il s’agisse de ses tantes, de Ràn ou d’Adelheid, quand une femme se mettait en colère il fallait s’excuser. Qu’importe la raison, qu’importe le motif, il fallait fuir ou implorer. C’était là une question de survie.
Revenir en haut Aller en bas
Opale de Nep
avatar
Messages : 399
Je suis à : droite et à gauche, là où le vent m'emporte
Avatar et crédits : Leighton Meester - Eris (vava) + bat'phanie (signa)
Maître des poisons
Maître des poisons



Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Je le vois dans tes yeux [Alrik et Opale] Lun 19 Mar - 14:10

Tu sens qu'il y a quelque chose d'étrange. « Veuillez m'excuser ». Depuis quand Loup sort-il des formules de politesse ? Tu continues néanmoins de marcher droit vers lui, bien décidée à connaître le fin mot de cette histoire. Pourtant, plus tu t'approches, plus du doute de l'identité de celui que tu prends pour Loup. Non seulement il paraît effrayé de te voir, mais en plus... physiquement ce n'est pas le même. Celui-là a les cheveux longs. Tu t'arrêtes alors pour le fixer avec attention. Non. Décidément, ce n'est pas Loup. Il lui ressemble beaucoup pourtant. Il a les traits plus doux, moins agressif, les cheveux plus long et l'air plus timide, voir paniqué, que le Nep que tu connais. En le regardant ainsi, des souvenirs des événements de la grotte se superposent à sa tête. Des souvenirs auxquels tu n'as pas prêté attention sur le moment. Tu revois l'ombre entre Maël et toi. Tu revois cet homme recroquevillé sur le squelette. Tu revois... la colère et la rage qui t'habitent s'atténuent un peu mais tu ne relâches pas ta méfiance et tu as toujours cette expression glaciale collée au visage. Une chose est sûre, cet homme n'est pas Loup. Mais c'est forcément quelqu'un en rapport avec lui. Son frère ? Est-ce que c'est son frère ?

Il y a cette règle presque tacite entre Neps. Ne pas évoquer le passé. Par passé, il faut comprendre tout ce qui les rattache à leur ancienne vie. Certains Neps vont en parler volontiers. D'autres s'enferment dans le mutisme le plus profond et certains entrent dans une colère noire. Il arrive que quelques Neps laissent échapper des bribes ici et là sans que personne ne relève. C'est une règle officieuse qui relève plus d'un accord entre chaque Nep qu'autre chose. Cette vie n'est presque plus rien qu'un sombre souvenir, comme l'écho d'un rêve oublié. Maintenant, l'unique chose qui compte c'est le présent. La survie. Les Neps. Loup ne s'étend pas particulièrement sur son passé mais il ressasse sans arrêt l'existence de son frère. Tellement que tu trouves ça malsain. Déjà, tu trouves Loup malsain. Une sensation qui s'agrandit lorsque tu le vois évoquer son frère. Avec une agressivité, une passion féroce et une possessivité qui te fait même peur. Et qui te dévoile une certitude : il n'est pas digne de confiance. Un dicton qui peut s'appliquer à nombreux Neps. Mais Loup c'est encore pire. Même te retrouver seule en tête à tête avec lui t'ôte toute malice, tout sarcasme. Tu es plus heureuse lorsqu'il est loin de toi. Très loin de toi.
Et si cet homme est son frère ?

-Tu n'es pas Loup, lances-tu comme pour l'en informer.

Tu le dévisages un peu plus, fait un pas et penche la tête sur le côté.

-T'es pas celui dans la grotte qui a chialé sur le squelette ? railles-tu, provocante.

Ce n'est pas Loup mais tu es prête à parier qu'il est son frère tellement la ressemblance est frappante. Et si c'est son frère, alors peut-être détiens-tu un moyen de récupérer ce qui t'es dû. Un moyen de pression. Lui balancer des informations sur ce frère qui semble l'obnubiler en échange de ta pierre. Tu te sens presque coupable de penser ça. Au fond, il n'y es pour rien. Mais tu tiens à cette pierre et tu ne le connais pas. C'est un peu comme une potion. Déjà, tu répands ton poison.

-Tu ressembles à Loup. C'est pas toi son frère ? ajoutes-tu, avançant encore d'un pas en sa direction.
Revenir en haut Aller en bas
Alrik Brume-esprit
avatar
Messages : 103
Je suis à : Asgarn
Avatar et crédits : Jared Letto
Guide
Guide



Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Je le vois dans tes yeux [Alrik et Opale] Mar 1 Mai - 20:53

Le guide ne comprenait pas tout. L’hostilité de la femme à son égard se mêlait à de mystérieuses paroles emplies de venin. Lorsque le pic fut lancé contre lui, Alrik sentit son teint s’empourprer. Son comportement dans la grotte restait un sujet sensible qui le mettait mal à l’aise. Il préférait en général l’oublier, fait mine que ces évènements n’avaient jamais eu lieu et qu’il n’avait pas à rougir de ce pendant de sa vie. De plus Helga lui avait assuré qu’il n’avait pas à avoir honte, qu’elle le pardonnait. Mais alors qu’il allait bafouiller une réponse la suite de la conversation le laissa quoi, sembla le heurter avec la puissance d’un cheval au galop.
 
-Tu ressembles à Loup. C'est pas toi son frère ?
 
C’était là la seconde fois que ce nom était prononcé. Loup. Alrik n’était pas sans savoir que les membres de la tribu bannie abandonnaient tout jusqu’à leur nom et que sous ce sobriquait animal se cachait une personne. Une personne qui lui ressemblait assez pour qu’on les confonde. Pour que l’on se méprenne. Et une bouffée d’angoisse et de soulagement monta dans son torse.
 
Il se laissa aller contre le tronc d’arbre qui se trouvait derrière lui, sentant soudain sa tête tourner alors que mille pensées s’y bousculaient une à une. Oen était vivant. Sa fuite n’avait pas eu pour finalité la mort, seul, abandonné de tous. La vie n’avait pas quitté son corps et avec elle la possibilité pour Alrik d’avoir cette conversation, ces réponses à toutes ces questions qui hantaient en permanence l’orée de sa conscience. Mais avec cette nouvelle planait de nouveau l’ombre de son jumeau sur sa vie, revenaient les fils grotesques qui faisaient de lui la marionnette de son frère. Le pantin stupide qui n’osait aller contre sa volonté.
 
La peur dilata soudain les pupilles du guide alors que l’adrénaline emplissait ses veines. Et s’il revenait ? S’il revenait pour le chercher ? Il se redressa soudain, empoignant la femme par sa tunique. Il devait savoir, il devait arrêter de vivre sur l’arrête invivable d’un « et si » permanent.
 
« Oen ?! Tu connais Oen ?! Il est vivant ?! Hurla-t-il presque, serrant si fort le tissu que ses jointures en devenaient blanches. »
 
Il devait savoir. Il n’en pouvait plus. L’idée que son frère, son jumeau, l’autre partie de son être, ait pu passer de vie à trépas loin de lui, loin de leur complicité d’antan lui était insupportable. Mais celle de le savoir impuni après ces actes, après ce que sa folie l’avait poussé à faire… après que sa perversion se soit révélée au grand jour, le rendait malade. Et s’il avait la possibilité de réparer ses torts, de fixer toutes ces choses qu’il avait décidé d’ignorer sur Oen durant toutes ces années, alors il fallait qu’il la saisisse. Qu’il ne laisse pas glisser entre ces doigts imbéciles la possibilité de trouver un point final à ce tourment qui le dévorait lentement.
 
« Réponds-moi ! Grogna-t-il, secouant presque la femme, serrant la mâchoire, découvrant ses dents lui offrant un visage plus animal qu’humain. Réponds-moi maintenant ! »
Revenir en haut Aller en bas
Opale de Nep
avatar
Messages : 399
Je suis à : droite et à gauche, là où le vent m'emporte
Avatar et crédits : Leighton Meester - Eris (vava) + bat'phanie (signa)
Maître des poisons
Maître des poisons



Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Je le vois dans tes yeux [Alrik et Opale] Mer 9 Mai - 16:48

Oh par tous les esprits ! Voilà le pleurnichard qui s'enhardit. Interloquée, tu restes immobiles tandis qu'il te crie allègrement dans l'oreille et te secoue avec force. Oen ? Tu ne connais aucun Oen non. Mais si tu en crois ton instinct et cette ressemble, Oen doit être le véritable nom de Loup. Un sourire mesquin s'affiche sur ton visage. Quelle veinarde. Tu rencontres le frère de l'homme qui t'a volé ton bien et que tu veux récupérer à tout prix. C'est le moment d'arracher des informations pour ensuite lui faire quelques chantages bien placés pour qu'il te rende ce qui t'es dû. Après tout, tu tiens vraiment à cette pierre et la savoir dans ses mains te mets également hors de toi. Et te rends beaucoup plus mesquine et cruelle que certains peuvent le penser. Le revers de la médaille. Après tout, tu fais maintenant partie des Neps et les Neps ne sont pas des gentils, bien au contraire. En tout cas, cette nouvelle ne paraît pas faire particulièrement plaisir à son frère. Ou, en tout cas, il s'en retrouve tout chamboulé. Tu peux le comprendre. Ton frère aussi n'en a pas mené large en découvrant que tu étais vivante alors qu'il te pensait morte. Mais tu ne vas pas te faire malmener ainsi longtemps. D'un bras, tu te dégages vivement, tandis que ses brutalités réveillent tes blessures et douleurs pas encore éteintes. Être malmenée, tu connais. Tu as subi des mauvais traitements pendant cinq ans et tu en subis de la part des autres lorsqu'ils apprennent qui tu es vraiment.

-C'est pas la peine de me secouer comme un sac, c'est pas comme ça que je vais te répondre, gronde-t-elle en se massant le bras.

Elle le dévisage un moment avant qu'un autre sourire calculateur vienne étirer ses lèvres.

-Alors t'es son frère, hein ? Je suppose que tu t'attendais pas à ce qu'il soit vivant ! Tu ricanes un peu avant d'enchaîner. Enfin, je peux te donner quelques réponses si tu veux... mais c'est donnant-donnant.

Dans ce monde, il n'y a rien sans rien. Tu papillonnes des yeux et ton sourire se fait plus charmeur, ta voix plus douce, plus envoûtante et chacun de tes mots deviennent une caresse empoisonnée qui effleure sa peau.

-N'y voit rien de personnel, trésor. Je possède quelque chose que tu veux et toi... tu dois bien avoir quelque chose qui m'intéresse. Nous sommes fait pour nous entendre, non ?

Tu vas devoir jouer serrer. Tu as des informations sur Loup, pas sur Oen, et tu ne sais pas tout non plus. Le passé de tous est un secret bien gardé chez les Neps. C'est un accord commun. Personne ne pose de questions sur le passé de quelqu'un. Peu importe ce que vous avez été, maintenant vous êtes tous des Neps. Vous portez tous le même nom. Vous œuvrez tous dans le même but. Et l'une de vos règles fondamentales proscrit toute trahison. Tu ne peux trahir l'un des tiens, même si tu le détestes de toute ton âme. En revanche, vendre quelques informations insignifiantes en échange d'autres informations qui pourront te servir contre lui n'est interdit nulle part. Il faut juste faire attention à ce que tu dis et ne pas approfondir trop les détails.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Je le vois dans tes yeux [Alrik et Opale]

Revenir en haut Aller en bas
 
Je le vois dans tes yeux [Alrik et Opale]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» [Validée]ne le regardez pas dans les yeux!
» >>. J'ai cru voir une flamme dans tes yeux... [PV Nuage de Citron et Nuage d'Ecureuil]
» me noyer ? plutôt dans tes yeux qu'ici... [ A ]
» Des flammes dans les yeux [PV : Darth Mortuus]
» Les étoiles dans tes yeux danseront ce soir...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les terres de Nòtt :: Continent :: Les plaines et les vallées du Rìgan-
Sauter vers: