Partagez | 
 

 L'oravanha qui fit tout basculer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Elowen Vertefeuille
avatar
Messages : 61
Je suis à : Umönnun
Avatar et crédits : Anne Hathaway
Herboriste
Herboriste



Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: L'oravanha qui fit tout basculer Mer 11 Avr - 19:25

Elowen révisait ses leçons. Elle veillait à bien retenir la différence entre les feuilles d'ail des ours et de colchique d'automne, sans avoir à les toucher. Les feuilles de la première étaient vert luisant, réunies par deux et naissant à la base de la tige. Celles du colchique étaient luisantes, mais groupées par quatre ou plus autour du fruit en forme de capsule. La première était délicieuse en salade, la seconde, mortelle...

"A ton avis, consoude ou digitale pourpre ? , s'enquit un jeune homme en lui présentant une fleur pourpre avec des feuilles légèrement poilues.
- Si tu ne veux pas que ton cœur s'arrête, ne la mange pas, répondit-elle en souriant.
- Impossible de te piéger, soupira-t-il. Néanmoins, c'est une jolie plante ornementale pour ta yourte. Merci de m'avoir aidé à réviser, petite sœur. Maintenant, je vais aller m'amuser un peu. Tu devrais te détendre aussi."

Il posa furtivement sa main sur la sienne. Elle rougit. Pourtant, elle rêvait toutes les nuits de Gal et de choses qui méritaient davantage de s'empourprer que cet effleurement. Elowen était ainsi : tantôt fougueuse et passionnée, tantôt douce et timide. Son humeur changeante rendait ses relations avec les autres compliquées. Et entre ses songes et la réalité, il y avait tout un océan.

Gal s'éloigna, la laissant rêveuse. Il passait son temps à l'appeler petite sœur et pourtant ce n'était pas un frère qu'elle cherchait chez lui. Elowen s'était montrée de temps à autre plus entreprenante. Elle lui avait caressé le bras, elle avait fait des sous-entendus explicites, elle lui avait même volé un baiser lors d'une soirée lorsque personne ne les observait. Il avait toujours fait comme si de rien n'était. C'était comme s'il restait insensible aux charmes féminins. Peut-être préférait-il les hommes ? Elle ne l'avait jamais vu avec aucune femme. D'ailleurs, elle ignorait comment elle réagirait dans ce cas.

Elle admirait et adorait Gal. Chaque jour a ses côtés l'emplissait de joie. Elle aurait été prête à tout pour lui. Elle n'avait jamais ressenti cela pour aucun garçon. La seule autre personne pour qui elle aurait tenté l'impossible était sa meilleure amie Rosalie. Pourtant, elle n'avait pas parlé de son amour fou pour Gal. C'était le seul secret qu'elle avait. Elle voulait le garder pour elle uniquement. Il lui semblait qu'elle le chérissait encore davantage ainsi. C'était son bonheur à elle et elle ne voulait pas le partager.

Gal. Gal. Gal. Parfois, elle avait envie de graver son nom dans sa peau. 3 lettres. 3 lettres qui l'obsédaient. Cela faisait mal et du bien à la fois d'être hantée par cet homme.

Elowen aimait son sourire mutin et ses grandes mains veinées. Elle rêvait de caresser son visage ovale, de glisser ses doigts dans ses cheveux bruns, d'effleurer ses sourcils marqués qui faisaient ressortir le bleu vif de ses yeux et d'emmêler sa barbe taillée avec soin. Elle s'imaginait lovée entre ses bras, la tête contre son torse étrangement imberbe. Elle se perdrait dans ses mots d'amour susurraient suavement et dans la fragrance poivrée de sa peau. Elle rêvait du halètement de leurs deux respirations à l'unisson et de la moiteur brûlante de leur corps.

Elowen secoua la tête et relâcha son poing droit qui avait enserré un bout de tissu de sa robe. Elle devait se concentrer. Elle songerait la nuit venue.


Dernière édition par Elowen Vertefeuille le Mar 17 Juil - 17:08, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Opale de Nep
avatar
Messages : 399
Je suis à : droite et à gauche, là où le vent m'emporte
Avatar et crédits : Leighton Meester - Eris (vava) + bat'phanie (signa)
Maître des poisons
Maître des poisons



Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: L'oravanha qui fit tout basculer Ven 13 Avr - 0:02

Oh non tu n'en as pas envie. Tu n'as pas le cœur à ça. Tes yeux balaient d'un geste las ton herbier tandis que dehors brille un soleil irradiant d'une chaleur qui encourage à tout autre chose qu'à réviser. Pourtant tu aimes ça. Tu aimes distiller quelques herbes nocives pour y extraire quelques gouttes de poisons bien dosés. Tu aimes mélanger le tout et observer ce que ça donne. Tu aimes ce pouvoir que les poisons confèrent. Tuer, endormir, droguer, torturer. Tu peux obtenir quelques aveux. Tu peux insuffler des douleurs mentales tellement fortes que la victime en deviendra folle. Tu peux les plonger dans une léthargie passive. Les endormir. Leur faire vivre des rêves éveillés, les conduire dans des hallucinations dignes des illusions de Silke. Que de perspectives dans un si petit flacon. Mais non, tu es bien décidée à ne pas travailler aujourd'hui. Un jour de repos n'a jamais fait de mal à personne et ne pas profiter de ce soleil, de cette chaleur et de toute cette beauté offerte par la Nature est une insulte aux Dieux eux-mêmes. Forte de cette conviction, c'est donc avec détermination et la tête haute que tu t'extirpes de tes révisions et sort à l'air libre. Tu humes à plein poumons cet air si délicat, si ensoleillé, porteurs de milles promesses paresseuses. Et c'est également sans hésiter que tu te diriges droit vers la yourte d'Elowen, certainement plongée en plein travail. Umönnun est l'endroit parfait pour un apprentissage. Et les apprentis peuvent profiter non seulement de son savoir, mais également des distractions qu'elle propose.

Distraction comme Gal qui sort justement de chez Elo. Tu sais que ces deux-là sont bons amis et, dans ton cas, le futur herboriste t'offre des distractions adultes très appréciables. Un petit clin d'oeil, un sourire malicieux et voilà que tu captures sa bouche l'espace d'un instant avant de t'envoler tout aussi rapidement que tu es apparue. Il t'offre également un sourire complice, te dévisageant sans la moindre gêne. Tu sais très bien à quoi il pense parce que tu partages ses pensées et sans doute que vous vous retrouverez plus tard pour mettre votre imagination en commun. Mais pour l'instant, tu veux voir Elo et tu poursuis donc ton chemin sans te retourner. Après tout, Gal n'est qu'un parmi d'autres. Chez les Eiris, il est de notoriété public de changer d'amants comme de lieu de résidence. Ou alors en prendre plusieurs. Parfois en même temps. La vie offre naturellement de telles opportunités. Il est honteux de ne pas en profiter. Ton frère et toi êtes de parfaits exemples d'Eiris. Frivoles, volages, optimistes. La vie entière est une distraction dont tu profites à chaque instant. D'un geste, tu passes l'entrée de la yourte d'Elowen, un large sourire illuminant ton visage. Elle n'est pas au courant pour Gal, tu as oublié de lui dire. Il y a beaucoup de choses que tu juges peu importantes que tu oublies de lui dire de toute façon.

-Salut Elo ! Tu veux pas laisser tomber ton herbier quelques heures et venir prendre un bain de soleil avec moi ?

Toujours derrière son herbier à étudier les plantes. Elle veut être herboriste, comme ta mère et certainement grâce à elle d'ailleurs. Tu la sais assidue mais tu sais aussi que vous êtes les partenaires idéales pour faire pas mal de bêtises. Et là, même si ce n'est pas une bêtise, tu songes bien trop à piquer une tête dans une des sources qui borde la ville pour être totalement captivée par tes leçons. Un tel soleil ça ne se refuse pas. Et se baigner nue laissant l'eau et les rayons du soleil se délecter de votre peau non plus.
Revenir en haut Aller en bas
Elowen Vertefeuille
avatar
Messages : 61
Je suis à : Umönnun
Avatar et crédits : Anne Hathaway
Herboriste
Herboriste



Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: L'oravanha qui fit tout basculer Mer 18 Avr - 16:14

-Salut Elo ! Tu veux pas laisser tomber ton herbier quelques heures et venir prendre un bain de soleil avec moi ?

Elowen sursauta. Elle n'avait pas entendu Rosalie entrer dans la yourte, plongée dans ses rêveries.

- Oui, bonne idée ! Je n'arrive plus à réviser de toutes façons.


Malgré sa passion pour Gal, il n'y avait qu'à Rosalie qu'elle dirait toujours oui. Il fallait qu'elle se changeât l'esprit et rien de tel que de passer du temps avec sa meilleure amie. Se prélasser sous ce soleil était une belle invitation. Et pourquoi pas un plongeon ? Elle avait hâte de se dévêtir un peu.

Elle espérait également de joyeuses conversations insouciantes. Parfois, Rosalie se souvenait qu'elle ne lui avait pas parlé de sa dernière conquête en date et elle ne manquait pas dans ce cas de distiller des détails qui les faisaient glousser. Ensemble, elles avaient le rire facile.

Elowen enviait la frivolité de sa meilleure amie. Si Rosalie n'était pas là, sans doute resterait-elle seule des jours durant. Elle aimait s'amuser, discuter, mais elle se sentait parfois un peu en décalage avec son propre clan. Était-ce dû au silence de son père, à sa froideur ? A la perte de sa mère ? Elowen se savait lunatique et possessive. Ce dernier point n'était pas vraiment compatible avec les mœurs volages des Eïris. Elle avait cette fâcheuse tendance à s'attacher et à ne plus vouloir partager. Elle déployait des efforts incroyables pour ne pas se froisser quand Rosalie l'oubliait ou ne se confiait pas. Elle savait, qu'au fond, elle resterait toujours dans les pensées de sa meilleure amie. Elle ne devait pas s'inquiéter.

Jamais elle ne la perdrait. Elles se l'étaient promis depuis la mort de la mère d'Elowen. Elles traverseraient toutes les épreuves que les dieux et les esprits mettraient sur leur chemin.

Et en attendant, l'examen du lendemain était encore bien loin. Il fallait profiter du soleil sur leur jeune peau assoiffée de sensation !

Rosalie et Elowen sortirent donc de la yourte pour rejoindre le soleil et l'air doux. Ce que leur vie à Umönnun était douce ! Elowen commença à chantonner et à presser le pas en regardant Rosalie malicieusement.
Revenir en haut Aller en bas
Opale de Nep
avatar
Messages : 399
Je suis à : droite et à gauche, là où le vent m'emporte
Avatar et crédits : Leighton Meester - Eris (vava) + bat'phanie (signa)
Maître des poisons
Maître des poisons



Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: L'oravanha qui fit tout basculer Lun 23 Avr - 19:16

Elo toujours partante. Tu lui dédies ton plu large sourire et c'est avec plaisir que tu l'accompagnes profiter de ce soleil bienfaiteur, poussant à la paresse. Elowen est d'humeur joyeuse, humeur qui te contamines plus encore et c'est avec un grand sourire que tu reprends également son air. Et vous partez ainsi toutes deux, chantonnant avec plaisir, goûtant à leur amitié et à cette simplicité de vie. Tu ne chantes pas mal pour ta part. En tout cas, il n'y a rien de discordant. Mais ce n'est pas pour autant que tu as une voix enchanteresse, à la différence d'Elowen. Tu lui dis souvent en plaisant qu'elle peut charmer n'importe quel animal, aussi bien qu'un Éleveur, rien qu'en lui chantant une comptine. Tu plaisantes et la taquines mais, en vérité, tu adores l'écouter chanter.

C'est donc en chantonnant que vous vous éloignez de la ville pour descendre en contrebas où se trouve une petite source de votre connaissance. L'eau s'écoule d'une paroie rocheuse gris clair et se laisse tomber dans un bassin naturel avant de s'enfuir dans un petit cours d'eau qui finit par se perdre sous des amas de buissons feuillus. La source est encerclée par des conifères et quelques arbres, protégeant également les baigneurs anonymes de regards indiscrets. Enfin, cela vaut lorsque les baigneurs en question sont pudiques. Dans ton cas, et plus largement dans le cas des Eiris, c'est un détail qui ne vous gêne pas du tout. Tu sais que la source pourrait se trouver au beau milieu de la ville, tu t'y baigneras tout de même complètement nue sans la moindre gêne. Pourquoi donc certains font tout une montagne de quelque chose que la nature leur a doté le plus naturellement du monde. Sans compter qu'une femme est une femme et un homme, un homme. Vous êtes tous faits pareils, tu n'as rien de plus ou de moins que les autres. D'un geste pressant, tu écartes les conifères pour te faufiler vers la source où le soleil répand ses doux rayons. Tu regardes le ciel azur puis la source dont l'eau scintille sous la lumière et tu inspires à pleins poumons, écartant tes bras. Tu te sens vraiment bien. Seule avec ta meilleure amie, le soleil et une source naturelle. Tu ne mets guère longtemps à quitter tes habits, les laissant tomber sur le sol sans aucune précaution. Tu t'avances prudemment sur un rocher, ronronnant presque sous les caresses du soleil sur ton corps nu. Puis, d'un geste, tu sautes. L'eau froide agit fait t'arrache un petit cri de surprise, suivi d'un rire cristallin. Tu remontes à la surface en riant, écartant tes cheveux de ton visage.

-Oh vient Elo ! C'est génial !

Tu as l'habitude de te baigner ici et tu as acquis une certaine résistance au froid. Le soleil a beau irradier la source, l'eau s'écoule et ne se réchauffe pas comme certains peuvent le croire. Mais, pour ta part, cela te convient très bien ici. Le froid est un bon tonifiant pour la peau et la rend encore plus douce qu'elle ne l'est déjà. Tu éclabousses ton amie, pressée qu'elle se joigne à toi.
Revenir en haut Aller en bas
Elowen Vertefeuille
avatar
Messages : 61
Je suis à : Umönnun
Avatar et crédits : Anne Hathaway
Herboriste
Herboriste



Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: L'oravanha qui fit tout basculer Dim 29 Avr - 10:33

Rosalie avait hâte qu'Elowen la rejoignit. La jeune femme se déshabilla et pris sin de plier ses vêtements et de les déposer au sec. Elle profita un instant du soleil sur sa peau nue et avança jusqu'au rocher. Elle hésita un instant entre rentrer petit à petit ou plonger. Les éclaboussures de Rosalie la convainquirent de sauter dans la rivière. Elle prit soin de faire le plus de gerbes d'eau possible pour se venger. Une vague submergea Rosalie.

Le froid fit pousser un cri à Elowen et laissa échapper tout l'air qui lui restait dans les poumons. Il lui fallut un peu de temps pour arriver à respirer normalement. Mais Rosalie la tira par le pied pour la faire couler et s'échappa au loin en nageant. Elowen la poursuivant, elle oublia bien vite les picotements de sa peau. Elles riaient en se chamaillant. Avec tout le bruit qu'elles faisaient, elles devaient faire fuir poissons et autres animaux sur des mètres à la ronde.

Elowen se disait que ce moment devrait durer infiniment. Un été éternel. Que demander de plus à la vie que le soleil et les rires ?

Au bout d'un moment, essoufflées, elles remontèrent sur le bord de la rivière pour s'allonger au soleil.

-Rosa ? Est-ce que parfois tu veux vraiment un garçon, un seul ? Je veux dire, pas juste comme ça, mais vraiment tu sens que c'est lui et personne d'autre, au moins sur l'instant ? Comment fais-tu pour montrer que...


Elowen se tut. Elle regrettait son flot de paroles confus.

- Laisse tomber. Ce n'est pas très clair ce que je veux dire.

Des gens semblaient avoir eu le même idée qu'elles car des éclats de voix se rapprochaient. Le temps n'était plus à la confidence. Peut-être ce soir ou une autre fois.
Revenir en haut Aller en bas
Opale de Nep
avatar
Messages : 399
Je suis à : droite et à gauche, là où le vent m'emporte
Avatar et crédits : Leighton Meester - Eris (vava) + bat'phanie (signa)
Maître des poisons
Maître des poisons



Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: L'oravanha qui fit tout basculer Mer 9 Mai - 16:32

C'est un moment inspirant. Un moment comme tu aimes les savourer, plein de poésie, de nature et de joie de vivre. Seule, avec ton amie de toujours, t'abreuvant des rayons du soleil par une chaude journée et goûtant aux délices d'une eau bien fraîche. Vos chamailleries se poursuivent encore un moment, vous empêchant de vous engourdir par le froid. Au bout d'un moment, finalement, vous regagnez la rive, épuisées mais heureuses par cette pause bienfaitrice. Toujours nue, tu t'installes confortablement sur un rocher, les jambes allongées, demie-assise et les mains derrière toi pour te soutenir. Ton visage levé vers le soleil, tu le laisses te sécher de ses caresses si délicieuses. Tu fermes les yeux, heureuse et reposée par cet interlude. Tu sais que tu pourras rester ici pour toujours. Que le temps s'arrête et vous ne partez plus jamais de cette source, Elowen et toi. Mais le monde n'est pas fait ainsi. Il continue de tourner, emportant avec lui les jours, les années... et les problèmes. Mais tu n'es pas du genre à te préoccuper de ce qu'il va arriver demain. Seul le présent compte et, en ce moment, tu ne veux pas d'un autre présent. C'est la voix d'Elowen qui te sort de la torpeur qui commence à t'engourdir peu à peu et tu la regardes, l'air légèrement perdu, tentant de reconstituer la phrase complète qu'elle vient de prononcer. Tu es tentée de rire tellement tu trouves cette idée hilarante, mais le sérieux de ton amie te retient in extremis. Tu réfléchis un moment avant de lui répondre parce que tu sens que ça semble important pour elle. Aux premiers abords, tu penses surtout que non. La vie a doté le monde de milliers de personne c'est bien pour s'amuser avec. Sinon il y aurait autant d'hommes que de femmes pour que chacun ait sa paire. Toi, personnellement, tu préfères de loin ne pas t'enchaîner à une seule personne. Mais tu peux comprendre aussi la relation fusionnelle que deux personnes peuvent avoir entre elles. Après tout, tes parents l'ont. Ils vivent ensembles, s'aiment, se font confiance... mais c'est le plan moral. Tu sais aussi qu'il leur arrive parfois d'aller rendre des visites de « courtoisies » à d'autres hommes et femmes. Mais c'est ainsi que vous êtes. C'est ainsi que votre tribu pense. Il n'y a pas de mal, pas de tromperies et cela n’entache en rien les rapports entre tes parents. C'est juste un à côté. Des amusements périodiques. Mais tu sais aussi que certains Eiris ne pensent pas ainsi. Serait-ce le cas d'Elowen ?

-Euh... je sais pas. J'y ai jamais réfléchi ni ressenti l'envie, commences-tu par dire, les sourcils froncés. Maman et papa veulent rester ensemble jusqu'à la fin mais ça les empêchent pas d'aller voir ailleurs de temps à autres.

À vrai dire, tu ne sais pas franchement comment l'aider avec cette question. Tu ne te l'es jamais posée.

-Pourquoi tu me demandes ça ?

Puis soudain le soleil illumine, en plus de ton corps, ton esprit et un large sourire apparaît sur ton visage.

-Oh Elo ! Tu es tombée sous le charme d'un garçon ? Enfin ?

Surexcitée par cette idée, ton regard brille d'une nouvelle lumière.
Revenir en haut Aller en bas
Elowen Vertefeuille
avatar
Messages : 61
Je suis à : Umönnun
Avatar et crédits : Anne Hathaway
Herboriste
Herboriste



Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: L'oravanha qui fit tout basculer Jeu 10 Mai - 21:29

- Je... oui. Peut-être, murmura-t-elle.

Elowen hésitait. Elle savait qu'elle ne se comportait pas toujours comme une véritable Eïris. Ses réflexions paraissaient parfois étrange pour sa tribu. Etait-ce parce qu'elle n'avait jamais vu son père avoir la moindre aventure depuis le décès de sa mère ? Il en avait peut-être. Sûrement. Il ne se confiait pas. Il rentrait toujours seul. Il avait sans doute une autre vie durant ses déplacements.

Elle connaissait suffisamment les parents de Rosalie pour comprendre ce que son amie voulait dire. Ils étaient de véritables partenaires de vie, toujours là l'un pour l'autre, et cela n'avait rien à voir avec le fait de s'amuser ailleurs. Ce n'était pas la même chose. Mais Elowen ne savait pas ce que cela faisait d'avoir cette confiance, cet amour sans condition et sans crainte. Elle avait l'impression que si un jour elle se mariait, son mari finirait par se lasser d'elle en s'apercevant que beaucoup d'autres personnes étaient plus intéressantes. Elle n'avait même pas réussit à garder son père auprès d'elle...

Pourquoi ne pouvait-elle pas être plus comme Rosalie ou Maël ? Ils savaient profiter de la vie, sans possessivité, sans jalousie inutile. Elle n'avait jamais imaginé jusqu'à récemment sa vie future. A présent, elle ne pouvait la dépeindre qu'aux côtés de Gal. Cela n'avait aucun sens. Elle ne savait pas si sa vision changerait, si elle aurait envie un jour d'aller retrouver la couche d'un autre. Cela lui semblait impossible quand elle y pensait et pourtant tout à fait ridicule.

Le sourire de Rosalie lui fit l'effet d'une morsure au coeur. Cet enthousiasme lui rappelait encore une fois combien elle était excentrique. Elowen, l'Eïris chaste ! Elle savait au fond que c'était une joie sincère de la part de sa meilleure amie, mais une partie d'elle avait envie de lui retirer ce sourire des lèvres.

Elowen se renferma et afficha une moue vexée.

De toute manière, elle ne poursuivrait pas ses confidences car les voix s'étaient incarnées. Gal venait d'arriver avec deux autres Eïris au bord de la rivière. Elowen fit mine de ne pas les avoir remarqué et s'allongea, les yeux tournés vers la cime des arbres. Elle se doutait qu'ils s'approcheraient et que ce n'était qu'un répit de courte durée.

Un instant, elle voulait s'oublier dans l'immensité verte. Ne plus être Elowen. C'était ce que lui procurait le temps passé à cueillir des plantes, à les couper, à les piler... Elle devenait ce qu'elle faisait, elle ressentait chaque geste et sa tête ne bourdonnait plus de pensées.
Revenir en haut Aller en bas
Opale de Nep
avatar
Messages : 399
Je suis à : droite et à gauche, là où le vent m'emporte
Avatar et crédits : Leighton Meester - Eris (vava) + bat'phanie (signa)
Maître des poisons
Maître des poisons



Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: L'oravanha qui fit tout basculer Jeu 17 Mai - 14:49

Ton sourire finit par disparaître bien vite alors que tu te rends compte que tu l'as vexée et ton visage s'affaisse en une moue triste. Ce n'était pas ton but et un élan de culpabilité monte à la surface. Quelle amie fais-tu. Tu n'as pas bien compris l'importance de cette question pour ton amie et voilà où tu mènes ton éternelle tendance à prendre tout pour un amusement. Ta main vient esquisser un geste en direction de ton amie.

-Elo, je...

Mais tu ne finiras pas ta phrase car déjà, des voix surgissent de derrière vos buissons protecteurs. Toujours nue, tu te redresses légèrement, jetant un regard intrigué à ton amie. Toi qui voulais rester seule avec elle vous voilà déranger par quelques intrus.

-Tu veux qu'on s'en aille ? proposes-tu dans une tentative pour rétablir le dialogue.

Pour toute réponse, Elowen s'allonge tandis que les voix laissent place à trois visages assez connus. Parmi eux, celui de Gal, accompagné de deux de ses amis. Ils leur font des grands signes de main auxquels tu réponds avec enthousiasme tandis qu'ils s'approchent de vous.

-Elle est bonne ? demande l'un des deux.

-Plonges et tu me diras, souris-tu avec malice.

Puis tu te retournes une fois encore et contemple le visage de ton amie.

-Si jamais tu veux qu'on aille ailleurs toutes les deux tu me dis, hein, chuchotes-tu avant qu'ils ne soient trop prêts.

A nouveau tes yeux coulent vers Gal à qui tu adresses un large sourire malicieux. La nudité n'est guère un soucis chez les Eiris et tu n'as aucune honte à être ainsi exposée sous le regard de trois jeunes hommes, qui partagent, de toute évidence, le même avis que toi. Déjà les deux amis commencent également à se déshabiller prêts à goûter à la délicieuse morsure de l'eau. Désireuse de faire retrouver son sourire à Elo, tu te penches plus vers elle, murmurant au creux de son oreille :

-Oh fait, j'ai oublié de te dire un truc.

Tu lui fais un petit clin d’œil, l'air malicieux et te redresses marchant droit vers Gal pour attraper sa nuque et planter un baiser langoureux sur ses lèvres. Baiser auquel il répond avec passion, passant ses mains autour de ta taille dans une étreinte ardente. Les deux amis sifflent, ricanent et finissent par plonger dans l'eau dans un grand bruit, envoyant des gouttes multiples qui finissent par séparer les deux amants du jour. Les joues rouges, tu glousses un peu, tes lèvres esquissant un sourire sarcastique et tu pousses un Gal à l'eau tout habillé, explosant de rire. Puis tu vas rejoindre Elowen, les yeux pétillants.

-Ça fait deux semaines environ, mais avec tout ce que j'ai eu à faire, j'ai totalement oublié de t'en parler. Désolée Elo.
Revenir en haut Aller en bas
Elowen Vertefeuille
avatar
Messages : 61
Je suis à : Umönnun
Avatar et crédits : Anne Hathaway
Herboriste
Herboriste



Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: L'oravanha qui fit tout basculer Mer 4 Juil - 23:14

Elowen écoutait distraitement Rosalie parler aux jeunes hommes qui étaient arrivés au bord de la rivière. Ce ne fut que lorsqu'elle l'interpella en se penchant vers elle qu'elle se redressa. A l'instant même où Rosalie esquissa son clin d'oeil, le coeur de son amie fit un bond. Avant même de voir ce terrible baiser qui lui fracassa le coeur, elle avait comprit. Cela n'atténua pas la douleur de voir cette étreinte dont elle rêvait tant pour elle-même. Cela ne calma pas le bourdonnement assourdissant qui envahit ses oreilles et engourdit son cerveau. Tout semblait figer sur cet instant infini. Ce tourment qui s'étirait devant son regard, cette amertume qui emplissait sa bouche.

Ce ne fut que le bruit de la chute du corps de Gal qui la fit reprendre ses esprits. Elle ravala sa peine. Oublié. Elle avait oublié de lui en parler. Ce n'était pas la première fois. Mais cette fois là avait un goût de trahison. Une trahison qu'elle ignorait bien sur, par sa faute. Comment Rosalie pouvait-elle lui éviter un tourment dont elle ne connaissait l'existence ? Elle n'aurait pas compris cette obsession. Elowen elle-même ne l'appréhendait pas.

" C'est chouette, j'imagine. Deux semaines, c'est pas mal. Presque un record non ?", plaisanta Elowen. Gal n'était sans doute pas le seul amant de Rosalie au même moment. Elle voulait en avoir le coeur net pour évaluer les dommages. Lui restait-elle la moindre chance de conquérir Gal face à Rosalie ? Elle en doutait. Ce baiser si fougueux... Mais elle aussi pouvait avoir cette passion, ce feu ! Elle avait passé tellement de nuits à le cacher qu'elle avait laissé passer sa chance. Rosalie aurait dû savoir... Rosalie aurait dû voir ce qui la rongeait. C'était sa meilleure amie après tout !

Elowen oscillait entre les sentiments. La jeune femme se perdait entre son masque de sourire et la douleur qui résonnait dans tout son corps. Une peine qui virait à la rage. Une colère telle qu'elle aurait pu en pleurer si ses muscles n'étaient pas figés pour former un beau sourire heureux.
Revenir en haut Aller en bas
Opale de Nep
avatar
Messages : 399
Je suis à : droite et à gauche, là où le vent m'emporte
Avatar et crédits : Leighton Meester - Eris (vava) + bat'phanie (signa)
Maître des poisons
Maître des poisons



Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: L'oravanha qui fit tout basculer Ven 20 Juil - 17:51

Si tu te focalises un peu plus sur elle, tu remarques que Elowen ne va pas bien. Si tu es attentive aux détails, tu apercevras sa sidération. Cette pointe inhabituelle dans son regard. L'absence de cette complicité entre vous. Peut-être cela te préviendrait de bien des ennuis pour l'avenir. Mais tu ne sais pas de quoi l'avenir est fait et, pour le moment, tu es trop occupée à roucouler, te vautrant sur ton petit nuage de luxure, pour t'occuper des émotions profondes de ta meilleure amie. Égoïste ? Oh tu l'as toujours été et tu ne t'en caches pas vraiment. Ton bonheur ne passe pas forcément avant celui de tes amis, mais sûrement te voiles-tu tout de même la face à certaines choses qui te sauteraient aux yeux si tu acceptais d'y accorder un tant soit peu d'importance. Même la réplique presque acerbe de ton amie ne te préoccupes pas tant que ça. Tu vois bien que Elo n'a pas trop la forme en ce moment et tu le mets sur le compte de son mauvais caractère. Tu en es habituée et tu l'aimes trop pour t'en offusquer. Tu ne t'es jamais disputée avec elle et ce n'est pas maintenant que tu comptes commencer. À la place tu exploses de rire et lui donne une tape amicale sur l'épaule.

-Dis donc, tu es d'un charme aujourd'hui ! plaisantes-tu. Mais t'as pas tord. Je sais pas si ça va durer mais pour l'instant ça roule bien tout ça.

L'air franchement railleur, tu admires le cœur de ton amoureux du moment. Tu n'as pas menti. Tu ne sais pas vraiment si ça va durer. Es-tu amoureuse ? Certainement. Tu t'accordes à dire que tu as aimé chacun de tes amants. De là à dire que c'est un amour fou qui va durer l'éternité... tu ne crois pas. Tu n'as pas l'impression de ressentir ce que ressentes tes parents. Même si ces derniers vont parfois voir ailleurs, il règne entre eux une passion que les années n'ont jamais su atténuer.

-En plus, je suis qu'avec lui pour le moment. J'ai personne d'autres, encore un record pas vrai ?

À nouveau, tu ris avant de te relever et de t'étirer, toujours aussi peu incommodée par ta nudité. À tes pieds, Gal lâche un petit sifflement appréciateur et tu lui fais un clin d’œil complice.

-Une autre baignade te tente ? Filles contre garçons ? Ils sont plus nombreux mais on est plus malines, ajoutes-tu dans un petit rire.

Tu espères qu'elle va arrêter de faire la tête. Tu adores passer du temps avec elle et c'est vrai que vous avez bien profité toutes les deux. Si jamais elle décide de partir, tu la suivras. Les amis d'abord ! Surtout Elo. Et puis tu sens qu'elle n'a pas le moral ces derniers temps. Surtout que tu sais aussi que Gal viendra te rendre une petite visite dans ta yourte dès ce soir !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'oravanha qui fit tout basculer

Revenir en haut Aller en bas
 
L'oravanha qui fit tout basculer
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Tout peut basculer, d'une minute à l'autre. [Luffy!]
» Les aventuriers vont jamais tout droit...
» Le plus féroce de tout les chiens... Mouk!
» La Chasse, tout un art ... [ Braise ]
» Amis, envers et contre tout [ PV ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les terres de Nòtt :: Continent :: Vallées et canyon :: Umönnun-
Sauter vers: