Partagez | 
 

 Autour d'une tasse de thé [Ràn et Alwine]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Alwine Sörn
avatar
Messages : 68
Je suis à : Zàzrack
Avatar et crédits : Jasmine Sanders & Eris
Forgeron
Forgeron



Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Autour d'une tasse de thé [Ràn et Alwine] Mer 25 Avr - 22:30

Tu as chaud. Le martèlement de tes outils résonnent encore dans tes oreilles. Durs. Lourds. Ils accompagnent les battements de ton cœur. La chaleur inonde ton visage et de grosses gouttes perlent sur ton front. Tes cheveux sont relevés, ton tablier cintre ta taille et tes yeux sont presque rouges à force de fixer ainsi les flammes dansantes. Le travail est rude. Il suffit de toucher tes mains pour constater les callosités qui se forment sur tes paumes, autrefois si délicates. Des mains de Forgeronne, des mains rugueuses, aptes au travail, qui ne s'embêtent pas de précautions inutiles. Tu as développé une certaine musculature, même si elle se dissimule incroyablement bien. Tu contemples ton œuvre d'un œil critique avant de poser la lame sur ton établi. Tes mains viennent s'essuyer machinalement sur ton tablier en cuir déjà noir de suie. L'heure est tardive et tu t'accordes une petite pause. Tes yeux sont fatigués mais tu as promis un délai à Lothar et tu comptes bien le respecter. Mais tu ne vas pas tenir le rythme toute la nuit si tu ne te poses pas quelques instants. C'est naturellement que tu leur as offert ton propre toit pour récupérer du long voyage. Les aventures ont été éprouvantes, de ce que tu as pu comprendre. Il n'y à qu'à voir son épée pour s'en rendre compte.

Poussant un soupir, tu ôtes ton tablier pour le suspendre à l'entrée et pousse la porte de ton atelier qui donne sur la cour. Au fond, une petite maison en pierre, bâtie à même sur le flanc de la montagne. Un drôle de carillon est suspendu à ta porte principale. Une légère brise le fait planer, faisant résonner un petit chant cristallin apaisant. Ta maison est plutôt simple pour le moment. Pourtant, il n'y a qu'à pousser la porte pour voir que ta maison ne dénote pas avec celles de tes compatriotes. Tu pénètres dans une pièce centrale où un feu flamboie dans une grande cheminée. Tu es immédiatement prise d'une chaleur douce, propice à la torpeur et à la paresse. Au centre, une table et, un peu reculé, l'espace où tu cuisines. Puis il y a l'escalier conduisant à tes deux chambres et à ton bureau où tu esquisses souvent les croquis de certaines de tes créations. Celles-ci, d'ailleurs, parsèment certaines étagères. Cela va de l'épée classique accrochée au mur, au bibelot finement travaillé, forgé de tes propres mains. Tu songes à te préparer une bonne tasse de thé, te poser quelques minutes et reprendre ton travail. Tu atteins une pompe grossière sous une cuve et l'agite quelques minutes pour en faire sortir de l'eau, puisé un peu plus bas sous ta maison. L'eau s'écoulant est noire de cendre, preuve que tu n'as pas chômé. Le silence est total dans la pièce, seulement bercé par le crépitement du feu. Tu attrapes ta bouilloire pour la remplir avant de la suspendre dans ta cheminée et sors quelques herbes et biscuits secs. Tu t'assois sur une chaise, la tête dans tes mains, les coudes sur la table. Tes yeux se ferment, ta respiration se fait lente et les battements de ton cœur ralentissent paresseusement.

Un bruit. Tu sursautes. Tu t'es assoupie ? Ce n'est que la bouilloire qui marche. Marche ? Non la bouilloire fume mais des bruits de pas se font entendre dans l'escalier et tu as à peine le temps de te lever qu'une ombre apparaît dans la pièce uniquement éclairée par la cheminée. Tu reconnais celle qui accompagne Lothar. Tu n'as pas eu le temps de discuter avec elle ni de savoir le lien qui les unissent. D'ailleurs, tu t'en fiches un peu. Tu n'as eu que le temps d'apercevoir une certaine animosité entre les deux. De ce que tu peux comprendre, ils sont coincés ensemble et n'en sont pas ravis. Tu ignores tout de cette histoire étrange et ce n'est pas dans ta nature de chercher à glaner des informations. Alors, sensible à la courtoisie, tu montres la bouilloire d'un geste.

-Thé ?

Tu n'es pas la seule que le sommeil fuit. Peut-être un thé apaisante aidera à calmer les pensées parasites de son esprit à elle.
Revenir en haut Aller en bas
Ràn Brunecorne
avatar
Messages : 1090
Avatar et crédits : Barbara Palvin
Admin - Apprenti Shaman
Admin - Apprenti Shaman



Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Autour d'une tasse de thé [Ràn et Alwine] Mer 2 Mai - 18:38

Le noir et l'humidité. Cette odeur familière donnait des nausées à Ràn et quelque chose dans son esprit lui hurlait de se méfier, de s'enfuir, de refuser, pourtant elle ne savait pas encore ce qui l'attendait, même si...elle le devrait. Cette voix, une mélodie hypnotisante, des mots réconfortants d'un être cher à qui toute la confiance de la jeune femme avait été donné, elle voulait l'écouter, elle l'écouterait, taisant ainsi les sirènes stridentes de son esprit lui intimant de prendre garde. Mais ainsi sont fait les rêves, prisonniers d'images qui ne pouvaient être que subies, encore et encore, inlassablement. Si les temps avaient été clément envers la shaman, ce n'était que parce que sa fatigue avait été si puissante qu'un coma lourd l'avait assommé plutôt que ce sommeil léger et trompeur.

Ainsi se voyait-elle, comme extérieur à son corps, mais pourtant ressentant tout comme si elle le vivait, sans trouver ça le moins du monde anormal. Ràn se voyait, se balançant dans le noir, une hystérie certaine la faisant murmurer des mots dans le vide, et cette fiole dans les mains, et ces paroles qui flottaient dans les airs, poignantes et douloureuses, empreinte de bon sens, enrobées d'un venin qu'elle ne pouvait soupçonner. Elle les entendait, ces phrases doucereuses et rassurantes se répercuter contre les parois de pierre, mais il n'y avait personne pour les prononcer. Il fallait dire qu'elle était incapable de regarder autre chose que cette silhouette misérable, qu'elle-même, alors qu'elle s'apprêtait à boire cette substance toxique. Puis enfin le mal fut en elle, elle fut happé dans cette enveloppe, subissant de plein fouet son bas-ventre qui se déchirait mille fois pour lui infliger des souffrances qu'elle n'auraient imaginé. Comme une punition, elle se devait de ressentir encore et encore le sang chaud s'écouler entre ses cuisses, la vie quitter son corps, pas la sienne, mais l'autre, celle qui avait été crée à partir de son essence et celle du traitre. Ce n'était qu'après qu'elle se réveillait, en sueur, le cœur aux bord des lèvres et ces contractions fantômes qui pourtant lui embrassaient le bassin.

Désorientée, ne reconnaissant pas son environnement, elle mit un certain temps à se rendre compte où elle était. Elle aurait préférer voir le ciel au-dessus d'elle, les étoiles, la lune et la brise nocturne avaient toujours un effet calmant sur ses nerfs. Tout comme la pluie battant la mesure en caressant les vitres d'une maison. Mais il n'y avait nulle goutte ce soir pour rassurer une femme piégée dans un passé qu'elle n'arrivait pas à laisser derrière elle.

Sans réveiller le guerrier, Ràn se leva un peu gauchement, encore perdue dans ce monde chimérique. Prenant tout le temps qu'il fallait pour ne pas faire de bruit et risquer de subir l'horrible présence d'un Lothar éveillé, elle prit l'escalier et descendit dans la pièce principale. Si la cheminée encore allumée était une bénédiction, la présence de la Luspienne, qui d'ailleurs avait failli la faire sursauter, n'était pas vraiment à son goût. C'était le Hald qui l'avait trainé dans ces montagnes, lui qui n'avait juré que par leur retour en terre dunienne, le voilà qu'il avait voulu faire un crochet pour réparer sa stupide épée.
Idiot de Hald.
Et pourtant, malgré tous les préjugés que Ràn pouvait avoir, sa proposition fut pour le moins surprenante autant que chaleureuse. La shaman acquiesça avant de s'installer à la table, se massant distraitement le ventre.

«Vous avez fini avec le travail qu'il vous a donné?"

Tant pis si son elle trahissait son envie de rentrer chez elle et de ne pas s'éterniser. Quitte à subir la mauvaise humeur constante de l'homme, elle préférait encore que ce soit en terrain connu que chez des étrangers aux coutumes étranges et de mauvaises réputations. On ne savait jamais quel malheur pouvait vous tomber dessus en compagnie d'un Luspien. Et Ràn ne tenait pas vraiment à le découvrir.

_________________
« Into the Wild »
Une femme dégradée et souillée, c'est une chose, mais une femme maladroite et insouciante, c'est pire encore. - Lothar Duracier
©crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Alwine Sörn
avatar
Messages : 68
Je suis à : Zàzrack
Avatar et crédits : Jasmine Sanders & Eris
Forgeron
Forgeron



Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Autour d'une tasse de thé [Ràn et Alwine] Mer 9 Mai - 18:48

Lothar ne s'est pas attardée sur celle qui l'accompagne. Il lui a juste spécifié qu'elle l'embêtait. Mais tu connais aussi assez Lothar pour savoir qu'il dit ça de tout le monde. Surtout des femmes. Tu préfères ne pas porter de jugements. Tu reçois tout de même des invités et il n'est pas dit que tu te déshonoreras en étant discourtoise en tant que hôtesse. Tu lui sers donc une tasse de thé, répondant à ses désir, sans un mot. Tu poses ensuite le tout devant elle et regagnes ta propre tasse fumante. Tu dois peut-être lancer quelques mots plutôt que de rester taciturne mais tu ne sais pas vraiment quoi dire. Tu n'es pas une experte des rapports sociaux et déteste parler pour ne rien dire. Quoiqu'il en soit, tu n'as guère le temps de t'attarder plus longuement sur la question parce que la Dunienne brise d'elle-même le silence. Tu lèves les yeux vers elle, plongeant ton regard dans le sien, l'air pensif. Le silence s'étire un moment avant que tu ne lui répondes.

-Pas encore.

Tu comptes en rester là. Pourtant, une voix très agaçante te fait remarquer que ce n'est pas franchement poli d'ignorer ainsi une invitée. Cette voix très agaçante se manifeste souvent au fond de toi quand une telle situation arrive. Elle t'oblige à prendre sur toi pour te montrer un peu plus aimable qu'il n'y paraît à la base. Cependant irritée par sa manifestation, tu renchéris :

-J'aurais fini à l'aube. Vous pourrez repartir dans la matinée.

C'est déjà un peu mieux, même si le ton reste relativement neutre. Tu ne manifestes aucun signe de mépris envers ton invité mais tu n'en es pas pour autant chaleureuse. En même temps, tu agis ainsi avec la plupart des gens que tu côtoies, en dehors de certaines personnes.
Ton art nécessite encore quelques heures de travail. Lothar t'a vaguement expliqué ce qu'il en était et les événements passés dans cette grotte suscite une certaine curiosité, mêlée à de l'inquiétude. Tu n'as pas subi de tels rêves mais il te paraît, effectivement, très peu prudent de s'aventurer dans une telle grotte à l'aveuglette. Pauvre Lothar. Seule personne sensée au milieu d'un groupe beaucoup trop téméraire pour être réfléchi.

-Vous aussi vous étiez dans cette grotte ? Lothar m'a expliqué qu'il a brisé l'épée sur un Golem.

Tu n'en as jamais vu. Et si la tristesse marque tes traits en repensant à ton bébé ainsi brisé en petits morceaux, il y a quelques traces de peur dans ta voix. Un Golem relève de la magie. Les esprits sont donc fâchés ? Voilà qui ne présage rien de bon pour Nòtt si tel est le cas. Et qui t'inquiètes tout de même.
Revenir en haut Aller en bas
Ràn Brunecorne
avatar
Messages : 1090
Avatar et crédits : Barbara Palvin
Admin - Apprenti Shaman
Admin - Apprenti Shaman



Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Autour d'une tasse de thé [Ràn et Alwine] Jeu 17 Mai - 15:10

Une pointe d’amertume vient piquer le cœur de Ràn lorsqu’elle entend l’artisan lui révéler que son labeur n’était pas encore fini. Cependant ce n’est que passager, bientôt remplacé par une satisfaction bienvenue quand elle creva le silence pour l’informer qu’ils pourront reprendre la route demain au levé du soleil. Ràn en ronronnait presque d’aise, même si devoir revenir à une intimité forcé avec cet abruti de hald ne l’enchantait guère. Mais la simple idée de retrouver sa terre parsemée de bosquets et de colline suffisait à alléger l’aigreur qui bouillonnait en elle sans jamais vraiment la quitter. S’installant en posant ses avant-bras sur la table, retenant une grimace à cause des multiples contusions parcourant encore son corps, elle joua un instant avec la tasse de thé qu’Alwine lui avait promise, perdant son regard dans la surface de l’eau chaude et de ses volutes de fumée. Ainsi aspirée, elle faillit ne pas entendre la luspienne lui poser une question.
Son attitude froide et détaché n’avait rien pour l’offusquer, le silence et la distance lui allait parfaitement bien. Ràn n’aimait pas les gens, fut un temps ce n’était pas le cas, elle avait été ouverte et curieuse des autres, mais maintenant elle ne voyait sur leur visage qu’une ombre déformée par tous ce qu’il cachait derrière cette amabilité feinte.

Cependant, elle fit l’effort de ne pas paraitre arrogante, ni de l’offusquer. A quoi bon trahir son ressentiment envers la race humaine entière dès une première rencontre ? Elle eu cependant plus de mal à ravaler ses remarques acides sur le guerrier dont elle aurait préféré voir se briser le corps plutôt que seulement son épée. Pourquoi parler de lui d’ailleurs ?

« Oui, ils ont pensé pouvoir le vaincre. Heureusement que la clé de son mécanisme pour l’arrêter était dans le coin, sinon nous sérions tous mort à l’heure qu’il est...»


Tout à sa réflexion, elle ne pu s’empêcher d’ajouter à voix haute des pensées qu’elle n’avait pourtant destinées qu’à elle-même.

« Mais que de telles créatures soient encore sur terre…cela voudrait dire que ce sont des créations humaines ou que les dieux sont négligeant… Par les couilles d’Alrunn ça ne devait être que des histoires et pourtant c’était bien réel. »

Rien que d’y repenser Ràn en avait la chair de poule, heureusement que ce signe évident de faiblesse était masqué par la pénombre de la pièce. Elle n’aurait pas aimé qu’une inconnue voie ça et se sente obliger d’agir devant sa réaction. Elle n’aimait souvent pas la réaction des gens, qu’elle soit amicale ou non.

_________________
« Into the Wild »
Une femme dégradée et souillée, c'est une chose, mais une femme maladroite et insouciante, c'est pire encore. - Lothar Duracier
©crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Alwine Sörn
avatar
Messages : 68
Je suis à : Zàzrack
Avatar et crédits : Jasmine Sanders & Eris
Forgeron
Forgeron



Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Autour d'une tasse de thé [Ràn et Alwine] Jeu 17 Mai - 16:59

Tu ne mets guère de temps à comprendre que ton invité est aussi peu bavarde que toi et tu t'en sens profondément soulagée. Son ton doit être aussi neutre et réservé que le tien, signe qu'elle doit également apprécier les longues discussions. Vous semblez avoir de nombreux points communs. Lothar la qualifie de vipère, tu ne la connais pas assez pour émettre le moindre jugement. Autre point, elle reçoit un apprentissage pour être Shaman. Les Shamans sont en communion avec les flux magiques. Se montrer impoli envers elle risque de fâcher les esprits. Il te paraît même surprenant que Lothar la tienne si peu en considération et parle d'elle en propos aussi agressifs. Il peut ne pas l'apprécier mais se montrer aussi peu courtois envers une messagère des esprits peut bien se retourner contre lui à l'avenir.

La pénombre l'empêche de voir ton air profondément offusqué par cette vulgarité soudaine à propos d'Alrunn et un étrange pressentiment glisse en toi. Celui que cette Dunienne cache bien plus de choses que l'on peut le penser en la voyant ainsi. Un pressentiment qui te fait dire qu'elle n'est pas fiable. Toutefois tu n'en dis rien et garde cette neutralité dans ta voix. Si les paroles te choquent, il y en a certaines qui portent également à réflexion et qui t'inquiètes. Des créations humaines ou la négligence des dieux. L'un comme l'autre ne te rassure pas. S'il s'agit vraiment de créations humaines, quand ont-elles été conçues, par qui et pourquoi ? Et surtout, combien en reste-t-il encore ? Ont-ils les armes, actuellement pour venir à bout d'une telle armée ? Quant à la négligence des dieux, elle ne présage également rien de bon. Car si les dieux sont devenus négligents, qui sait ce que l'avenir vous réserve ? Cette négligence peut s'étendre à des choses bien pires. Ton pressentiment de ces derniers mois ne va pas en s'arrangeant, bien au contraire. Il semble que Nòtt entre dans une ère plus sombre. Comme si vous n'aviez pas vos propres soucis. Les Neps pullulent sur Nòtt, tu as même l'impression qu'ils sont de plus en plus nombreux. Et quelque chose te dit qu'ils vont bien profiter de ce chaos et de ces incertitudes. Les honnêtes gens tels que vous n'allez pas pouvoir tout gérer.

-Nòtt semble promise à des heures bien sombres, ajoutes-tu. Que ce soit l’œuvre des hommes ou celle des dieux, rien de bien ne peut sortir d'une telle créature.

Ta voix est sourde, comme évaporée, se mêlant à la fumée de ta tasse chaude. Tu l'as presque oublié, celle-là, tellement tu as été accaparée par les révélations de ton invité. Tu te mures dans un silence, avant de porter la tasse à tes lèvres et boire une gorgée de ce breuvage brûlant.

-J'aimerai l'examiner. Le Golem.

Ta voix est un murmure plus destiné à toi-même qu'à la Dunienne. Pourtant elle n'en reflète pas moins la vérité. Il n'y aura peut-être pas d'autres occasions et tu veux voir comment fonctionne ce mécanisme. Peut-être pourras-tu en déduire s'il s'agit d'une création humaine ou divine. Tu pourrais entamer une expédition avec quelques artisans Luspiens que tu connais bien dans les profondeurs de cette grotte pour tenter de percer à jour les mystères du Golemn. Mais tu sais que le plus dur sera de les convaincre. Un Golem lâché sur terre par la négligence divine n'entraînera que leurs rires et leurs moqueries. En revanche, si tu présentes le projet d'un point de vue plus scientifique et expérimental, tu pourras sûrement en rallier à ta cause. L'idée te semble soudain importante et tu te promets de porter l'affaire aux oreilles du Nuada lui-même. Ce Golem est une mine de savoir et d'information. Il doit receler des secrets. Des secrets peut-être issus de leur propre tribu. Des secrets de leurs méthodes passés. C'est important.

-Où ce Golem se trouve-t-il exactement ? demandes-tu, plus intéressée cette fois.
Revenir en haut Aller en bas
Ràn Brunecorne
avatar
Messages : 1090
Avatar et crédits : Barbara Palvin
Admin - Apprenti Shaman
Admin - Apprenti Shaman



Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Autour d'une tasse de thé [Ràn et Alwine] Sam 26 Mai - 14:30

Le crépitement du feu se mêle à la mélodie du silence et Ràn se surprendrai presque à apprécier le moment. Cette femme n’était pas du genre à s’étaler dans des monologues insupportablement long ni à imposer sa curiosité. Du reste, elle était une sympathisante du hald, ce qui la rangeait automatiquement du côté des personnes à éviter. Elle ne comprenait pas comment quiconque pouvait avoir des bons rapports avec cette chose écervelée et insupportable.

Le thé lui réchauffait les mains qu’elle avait positionnées autour de la tasse et précautionneusement elle buvait par petite gorgée. Puis les paroles s’échappèrent de la bouche de la luspienne, presque un murmure, lentement, Ràn reposa son thé tout en reportant ses yeux sur son interlocutrice.
L’idée était intéressante, avoir plus d’information sur ces créatures, mais pouvait-on vraiment parler en de tels termes ? Machines serait plus exacte. Avoir des réponses, sur ce passé qui semblait, finalement, bien mal connu. Comment les humains avaient-ils pu construire pareille architecture, ou était là un héritage des dieux ? Mais pourquoi et dans quel but offrir cet endroit, pourquoi l’avoir abandonné et laissé sans rien s’il s’agissait ainsi d’un lieu sacrée. Et puis…un lieu sacré avec des cellules ?
Tout ça n’avait aucun sens et malgré la façon de retourner la situation et les possibilités dans sa tête, Ràn ne voyait aucune solution. Était-ce l’abandon de ce genre de lieu qui avait conduit les dieux à bloquer la magie ?

« Peut-être est-ce une bonne idée…malheureusement l’endroit s’est effondré. Mais peut-être qu’avec vos machines vous pourriez réussir à déblayer l’endroit… ce n’est pas impossible. »

Pouvait-elle décemment lui demander de la tenir au courant si elle faisait des découvertes ? Cela ne serait-il pas suspect ? Que de questions la tourmentaient, elles aussi sans réponses. Que pensait-elle trouver dans ces décombres, quelle vérité ? Une relique puissante peut-être ? Mais même elle savait qu’aucune relique du passé ne pourrait jamais ressusciter un enfant mort qui n’avait même jamais vu la lumière du jour, tué dans l’œuf.

« On avait dépassé Omöhun, longé un petit fleuve, je crois bien qu’on a croisé un rocher qui ressemblait à un arbre, c’est dans ces zones pleines de grottes. Je ne connais pas assez la région pour aider plus. Mais il y avait un guide, Alrik Brume-esprit, lui pourra être plus utile que moi. »

Non Ràn n’avait plus pour habitude d’être serviable d’aussi bon cœur, mais voilà, l’initiative l’intéressait, même si elle aurait été bien incapable de dire pourquoi. N’était-ce que de la curiosité ou y avait il un quelconque espoir derrière ?

« J’aimerais aussi avoir des réponses, cet endroit était trop étrange pour ne receler aucun secret. »

Et s’il y résidait même celui d’un dieu ? Alors il fallait à tout prix le découvrir qu’importait les conséquences. Ràn avait peut-être aussi ce besoin de savoir si ces dieux étaient aussi réels que la magie qui la traversait et la rendait mal à l’aise puisqu’elle était incapable de reconnaitre cette sensation.

_________________
« Into the Wild »
Une femme dégradée et souillée, c'est une chose, mais une femme maladroite et insouciante, c'est pire encore. - Lothar Duracier
©crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Autour d'une tasse de thé [Ràn et Alwine]

Revenir en haut Aller en bas
 
Autour d'une tasse de thé [Ràn et Alwine]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Discussion autour d'une tasse de café (PV : Akira, Lop)
» un gros ronron autour d'une tasse?
» Regarde autour de toi, les arbres sont en fleurs
» [Idée Scénario] bourre-pif autour d'un feu de camp
» L'envers du décor : Une tasse de thé très chère ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les terres de Nòtt :: Continent :: Chaîne montagneuse Mirn :: Zázrak-
Sauter vers: