Partagez | 
 

 La tribu Hald

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Le Crépuscule
avatar
Messages : 115
Maître du jeu
Maître du jeu



Voir le profil de l'utilisateur http://nott.forumactif.com
MessageSujet: La tribu Hald   Dim 3 Sep - 10:28

Tribu Hald

Guerriers et Protecteurs




Généralités

Cette tribu se spécialise dans l’art de la guerre et quiconque ne peut y participer est inutile à la société.  Du moins c’est ainsi qu’ils voient les choses. Ils sont très fier de leur connaissance martiale, et ne pas se diriger dans cette voix est un affront,  un rejet de ce qu’est le Hald au plus profond de son être.

Que ce soit dans le maniement des armes ou l’élaboration de stratégie, leur travail consiste notamment à maintenir la paix entre les différentes tribus qui peuplent le long du Rìgan.  S’ils sont les protecteurs des autres tribus, ils en sont aussi la plus grande menace, car celui qui protège peut également décider de détruire.

Il s’agit d’un peuple qui valorise beaucoup la force et la puissance.  Les exploits au combat sont symbole de notoriété et toute action posée est mesurée en fonction de la gloire qu’elle pourra apporter.

Climat : L’été est très long et extrêmement chaud tandis que l’hiver est particulièrement court et tempéré.  La température est généralement plutôt sèche sauf près de la mer et de la rivière.  S’il fait extrêmement chaud de jour, la nuit peut être particulièrement froide avec les vents qui balaient les dunes.  Les tempêtes de sable sont fréquentes et ravageuses.
Géographie : Cf carte géographie Longeant la côte est du continent, le territoire couvre les deux péninsules qui entourent le fleuve Rìgan avant de déboucher dans la mer.  Plus avant dans les terres, au nord du fleuve, on trouve un large désert de pierres, parsemé de grottes souterraines et de crevasses avec quelques terres arables dans la vallée du fleuve, alors qu’au sud on retrouve une longue étendue de sable et de dunes.
Dirigeant : Poste Vacant
Habitants : Halds et Haldes
Formation : Pour les étrangers les formations consistent en 5 ans d'apprentissage général, souvent axé sur l’auto défense et les techniques de base pour savoir se protéger. L'apprenti pourra poursuivre s'il le désire ensuite avec un an de spécialisation.

Pour les natifs, les enfants sont plus ou moins tous formés aux combats, ou du moins à apprendre des gestes de base leur permettant de savoir un minimum se défendre, dès leur plus jeune âge. À 7 ans, on les forme au combat de façon plus rigoureuse et lorsqu'ils atteignent 10 ans, on juge de leur aptitude et capacité à suivre une formation militaire ou non, mais également de l’envie de l’enfant à poursuivre une telle carrière. Si la motivation n’y est pas, cela peut s’avérer dangereux pour tout le monde et l'enfant se verra refuser le droit de poursuivre une formation dans sa propre tribu.

Liste des métiers possibles : Guerrier, soldat, assassin (inaccessible pour les étrangers), garde du corps (Garde d’une seule et unique personne et garant de sa protection). Il peut soit changer de maître et vaquer aux fils des contrats, soit jurer allégeance à une seule et même personne qu’il servira toute sa vie ce qui est plus rare.), gardien (garde d’un lieu ou d’un objet, il est dévoué corps et âme à sa cause), protecteur (s’assure du respect des lois et de leurs applications)


Descriptif:
 


Dernière édition par Le Crépuscule le Dim 4 Mar - 0:19, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Le Crépuscule
avatar
Messages : 115
Maître du jeu
Maître du jeu



Voir le profil de l'utilisateur http://nott.forumactif.com
MessageSujet: La tribu Luspa   Dim 3 Sep - 10:29

Politique de la tribu


Système et organisation

Les Halds valorisent le respect d’une hiérarchie très complexe dont le sommet est un chef qui possède tous les pouvoirs décisionnels avant de les déléguer à ses nombreux subalternes.  De tradition, la position de chef est occupée par un homme qui représente la vigueur et la force, mais aussi la protection.  La succession du pouvoir se fait par la force, lorsqu’on estime que l’homme en place n’est plus en mesure d’assurer la sécurité de la tribu, celui-ci est remplacé par plus fort que lui.

Le pouvoir du chef de la tribu est sans équivoque et on ne peut remettre en question son autorité.  Dans le cas de révolte, l’usage de la force ne sera pas réprimée pour faire rentrer dans les rangs les éléments dissidents, quitte à s’en débarrasser s’ils résistent trop.  Il peut être conseillé par ses subalternes, généralement des guerriers émérites sur le champ de bataille, champions dans le maniement des armes et l’établissement de stratégie.  Juste sous le chef de la tribu, on retrouve deux autres hommes, l’un en charge de la diplomatie avec les autres tribus, l’autre étant responsable de la gestion des différentes divisions de guerriers.

En ce qui concerne les clans, ceux-ci sont également dirigés par des guerriers, choisis par le chef de la tribu en fonction de leurs aptitudes au combat.  Bien que le pouvoir soit centralisé, les différents chef de clans sont à même de régler eux-mêmes les questions internes à leur propre clan malgré le fait qu’ils doivent en faire la mention au chef de la tribu qui pourra annuler toute décision prise s’il n’est pas en accord avec celle-ci.


Relations diplomatiques

Njord : La relation entre Halds et Njords n’a jamais été très agréable.  Vivant sur une terre aride où on ne peut rien faire pousser ou presque, les Halds ont toujours eu un désir d’acquérir une part du territoire luxuriant des Njords.  Les paix signées entre les tribus empêchent de se déclarer la guerre, le moto des Halds étant aussi de protéger tout le monde, aucun conflit armé ne se déclare entre les deux tribus.  Néanmoins, les tentatives de constructions de villes de plus en plus près des terres agricoles intensifie la tension qui les unit toutes les deux.

Luspa : Leur relation avec les Luspiens est plutôt bonne.  Ce sont eux qui les fournissent en armes et en armures.  La nature créative et innovatrice de la tribu d’artisans complète bien le caractère borné des Halds et la distance qui les séparent ne fait que jouer en la faveur de leur bonne entente, d’autant plus que les Luspiens, futés, savent très bien que le progrès ne doit être présenté à l’autre tribu que peu à peu et qu’un changement trop brusque les mécontenterait.

Dunan : Si les Halds entretiennent une excellente relation avec les Duniens, c’est parce qu’ils dépendent absolument d’eux pour leur alimentation.  La croyance veut que pour bien grandir et devenir un guerrier puissant, il est essentiel de consommer beaucoup de viande.  Ils représentent donc des clients très assidus des Duniens.  Leur bonne entente ne s’arrête pas qu’à des questions pratiques, mais aussi à certains de leurs traits de caractères et points de vue qui convergent.

Eïr : Les Halds ont une relation qui se base plutôt sur la dépendance avec les Eïris.  La tribu étant majoritairement constituée de guerriers, celle-ci fait particulièrement appel aux talents de guérisseurs de l’autre tribu.  Néanmoins, bien que la relation soit emplie de respect mutuel, leurs opinions divergentes concernant leurs diverses moeurs, notamment au sujet des femmes et leurs pensées sur la sexualité, empêche de rendre leurs rapports plus cordiaux et on ne pourrait pas parler de tribus amies.



Dernière édition par Le Crépuscule le Lun 4 Déc - 16:43, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Le Crépuscule
avatar
Messages : 115
Maître du jeu
Maître du jeu



Voir le profil de l'utilisateur http://nott.forumactif.com
MessageSujet: Re: La tribu Hald   Mer 22 Nov - 17:41

Coutumes et mode de vie


Caractère

Les Halds vivent en villes condensées et bien que leur fonction de guerriers pour le plus grand nombre les amène à devoir se déplacer, leurs cités sont pour le moins concentrées.  Peuple très sédentaire en-dehors des missions qu’ils reçoivent, ce sont des gens très organisés.  Conditionnés à obéir dès leur plus jeune âge, les Halds forment une population peu belliqueuse et très coordonnée dans ses accomplissements ce qui les rend particulièrement efficaces.  Plutôt conservateurs, ils ont quelques difficultés à s’adapter aux nouveautés et leur éducation très encadrée fait d’eux de pauvres inventeurs.  Ils sont également bornés et têtus, les faire changer d’avis relève de l’exploit surnaturel.  Leur profession les amenant souvent à être gravement blessé dans leurs pérégrinations fait des Halds la tribu dont l’espérance de vie est la plus basse.

Ils sont:
Respectueux, Organisés, Courageux, Loyaux, Déterminés
Butés, Fermés d’esprit, Superstitieux, Sanguins, Susceptibles


Mœurs

Il est coutume pour les membres de la tribu d’adresser ses prières et sacrifices à Alrunn, patron de la force et du courage, deux vertues prédominantes dans la société Hald.

Pour les Halds, la relation entre homme et femme se limite au devoir de la tribu de se reproduire et de renouveler les rangs.  Ainsi, il n’est pas question de relations sexuelles hors mariage, le sexe étant extrêmement sacralisé.  Une femme qui se serait laissée séduire par un homme avant l’union matrimoniale serait déshonorée et répudiée par sa famille.  Dans le cas d’une femme guerrière, la société se montrera plus laxiste, mais il n’en restera pas moins qu’elle sera peu estimée et qu’elle perdra toute la distinction que pouvait lui apporter sa classe.

Les personne ne sachant ou ne voulant pas se battre sont très mal considérées, moquées et dénigrées à l’extrême. Souvent les femmes guerrières n’enfantent pas, car cela amoindrit leurs capacités et les affaiblissent pendant de nombreux mois ce qui est intolérable pour elles.  Si les Halds se sont pas tendre avec leurs femmes, ils en sont très fiers et ils ne tolèrent que personne n’en disent du mal.  
Ce droit le leur est uniquement octroyé.  Quelque fois, même, les guerrières peuvent s’en prendre aux mères porteuses.  Les femmes qui ne sont ni guerrières, ni destinées à un jour être mère sont particulièrement regardées de haut, puisqu’on les considère inutile à la survie de la tribu.  Celle-là n’ont aucun statut et non pas le droit quitter la tribu et elles sont bien cachées du reste du monde qui ne connait rien de leur existence.


Habitations

Les Halds vivent dans des villes fortifiées et concentrées.  Au nord du Rìgan, ils construisent leurs habitations à même les grottes qui parsèment le territoire.  Ils favorisent les portes rondes et colorées.  La pigmentation de la porte permet alors de reconnaître les membres d’une même famille.  Il n’est pas rare également que des galeries unissent deux différents foyers.  Au sud du Rìgan toutefois, ils vivent plutôt à l’intérieur de hautes maisons en pierres.  Elles sont généralement dotées d’une cave sous le sol où entreposer la nourriture.  Les fondations sont souvent de formes circulaires et la ville s’organise en rues qui encerclent le siège des décisions.  Leurs édifices sont faits pour résister aux attaques du temps, mais aussi à celles de toute force extérieure assez inconsciente pour s’en prendre à eux.


Habits et ornements

Les guerriers Halds préfèrent arborer des tenues de cuir qui protègent le corps pendant les combats, mais qui n’en gêne pas les mouvements non plus.  Ce sont des habits très simples sans fioritures.  On retrouve quelquefois chez les mieux nantis quelques motifs gravés à même le cuir, des peintures guerrières illustrant les hauts faits de ses propres ancêtres.  Dans le cas de guerriers bien reconnus, il y a parfois quelques touches de couleurs, notamment du rouge, la couleur du sang, qui représente le courage de celui qui la porte.  Certains hauts placés auront quelques morceaux d’os ici et là utilisés comme ornement décoratifs sur leur armure.

Les femmes qui ne prennent pas le rôle de guerrière et deviennent mères se vêtissent avec des tuniques longues de coton fin.  Les vêtements, doux et agréables, couvrent l’entièreté de leur peau, la protégeant contre le dur soleil du désert, mais aussi des regards des indiscrets.  Certains hommes exigent de leurs épouses et de leurs filles de couvrir leur visage d’un masque.  La coutume est presque unanime dans le cas de femmes enceintes : le masque évite que des esprits ne viennent dérober à l’homme occupé à combattre sa femme et son enfant.


Rituels

Naissance

La natalité chez les Halds est très contrôlée en raison de leur mode de vie très organisé.  Les seules femmes qui sont autorisées à porter la vie en leur sein sont celles qui sont mariées aux guerriers.  Bien qu’il arrive que les couples privés de cet insigne honneur enfantent, c’est souvent dans le secret puisque la tribu a à cœur de produire de beaux bébés forts et sains pour devenir de futurs puissants guerriers ou tout du moins, des êtres capables de se défendre.

Lorsqu’un enfant naît, il est de coutume de tenir une cérémonie.  Le clan entier de l’enfant se réunit pour assister à son ildedap cinq lunes après la naissance.  Le shaman se charge d’allumer un énorme bûcher autour duquel s’installent en position agenouillée les Halds.  L’enfant se retrouve au centre de ce cercle, près du feu, porté par son père.  À l’aide d’une aiguille en os, le shaman se charge de piquer le talon du nourrisson et de recueillir quelques gouttes de son sang pour l’offrir en offrande au feu.  Par la suite, le père s’entaille lui-même la paume de la main et verse de son sang dans un bol en grès.  Avec celui-ci, le shaman trace des signes protecteurs sur le front et les avant-bras du poupon.  Ce qui n’aura pas été utilisé de la sève prélevé au géniteur sera versé dans le feu à son tour.  La légende veut que tout nouveau-né soit protégé des maladies intérieures grâces au feu et que le sang de son père sur sa peau est un sort de protection pour en faire un guerrier valeureux et puissant.

Passage à l'adolescence

Enfant, un Hald n’a rien à prouver à la tribu et peut s’attendre d’en recevoir la protection.  Néanmoins, à l’aube de la puberté, il est temps pour lui de faire ses preuves et de montrer sa valeur guerrière.  Vers l’âge d’environ dix ans, les jeunes Halds sont visités d’un rêve prémonitoire envoyé par les esprits.  Une fois le rêve fait, celui-ci est amené à l’un des shamans de la tribu afin qu’il en fasse l’interprétation.  Au cœur de celui-ci se cache le nom de guerrier de l’aspirant, mais pour qu’il lui soit dévoilé, il doit le mériter.  Pour prouver sa bravoure, il passe la nuit dans l’une des grottes où la concentration d’esprits est plus forte qu’ailleurs.  S’il en ressort le lendemain matin sans être souillé, il obtient le droit de commencer son apprentissage en tant que guerrier et pourra gagner son nom à la fin de son apprentissage.  Si toutefois il ne réussit pas, il sera envoyé dans une autre tribu pour revenir armé d’autres savoirs utiles à la tribu bien qu’il sera privé de gloire et d’honneurs toute son existence.

Mariage

Pour les Halds, l’institution du mariage est particulièrement importante.  Un Hald n’aura jamais de relations sexuelles extra-maritales, la fidélité étant l’une des valeurs les plus ancrées dans leurs mœurs.  Plus qu’un témoignage d’amour entre deux individus, il représente surtout un moyen de contrôler les naissances afin que les effectifs de la tribu ne prennent pas de l’expansion trop rapidement ou ne diminuent pas de façon drastique.

Ainsi, la cérémonie est plutôt simple.  Célébrée par un shaman, elle a souvent lieu dans un temple d’Hilde.  La mariée est toute de rouge vêtue, une couleur qui symbolise la chance, revêtant une longue tunique simplement décorée par des lacets de cuir et une corde lui ceinturant la  taille.  Les cheveux sont remontés de sorte à ce qu’on ne les voit pas une fois couvert des voiles opaques qui dissimulent la jeune épouse à l’assemblée.  L’homme revêt sa tenue guerrière, symbole de son prestige et de la place qu’il occupe dans la société.  Lorsqu’un homme ayant fait son apprentissage dans une autre tribu, celui est considéré comme n’étant pas de la bonne matière à mariage.  Lorsque l’un d’entre eux se voit malgré tout choisi pour être l’époux d’une femme, il est forcé de porter ses habits de travail, symbole de sa disgrâce.  La dame est portée de la maison paternelle par les membres masculins de sa famille jusqu’au temple.  La tradition veut que le père de la mariée présente des cadeaux au père du marié en tant que dot.  C’est le moment le plus important de la cérémonie.  Il est alors suivi par l’échange de promesse entre les deux époux.  Généralement, le contenu est le même, il s’agit pour l’homme de jurer protection à la femme tandis que la femme s’engage à servir et obéir à son époux.

Une fois la cérémonie terminée, les membres masculins de la famille de l’époux porte la femme jusqu’à sa nouvelle demeure.  Elle ne doit pas toucher le pied à terre avant que le mariage ne soit consommé, autrement cela porterait malheur au jeune couple.  Le mari la rejoint donc afin de prendre son dut.  Il est de coutume de découper la tenue de mariée : en la rendant inutilisable, cela prévient la jeune femme de jamais se remarier.

Rites funéraires

Autrefois, au temps de la guerre, à la mort d’un grand guerrier, l’on organisait un énorme festin afin d’honorer le défunt et ses exploits.  Les ennemis étaient eux aussi invités à se joindre à leur table, en montre de respect envers l’âme perdue.  Une fois les vivants rassasiés une dernière fois en compagnie du disparu, la coutume voulait qu’on brûle le corps du guerrier sur un énorme bûcher en compagnie de ses armes pour qu’il puisse toujours se défendre une fois dans l’au-delà.

Désormais, les services des guerriers n’étant plus autant sollicités, on se contente de prendre un repas avant d’incinérer le mort.  Les flammes s’accompagnent souvent de chants guerriers menés par le shaman local.  Ainsi le défunt trouve plus facilement le chemin vers l’autre monde et il ne restera pas en âme errante sur cette terre.  Pour ce qui est des membres de la tribu qui n’auraient pas eu la vocation d’être soldat, on se contente de les incinérer en silence, car on ne croit pas leur esprit assez fort pour échapper à l’appel de l’au-delà.


Fêtes spéciales

La fête des Esprits
19ème Jour du mois de Leif (Août)

Lors de cette fête, un tournoi s’étalant sur une semaine est organisé en l’honneur des esprits de l’eau et de la pluie.  Ces combats ont lieu pour s’attirer leurs faveurs sur la tribu.  Le vainqueur des combats se voit alors uni par les liens du mariage avec l’esprit de l’eau pour la durée d’une année.

Au dernier soir de la fête, après la cérémonie unissant le vainqueur à l’esprit de l’eau, des lanternes sont déposées le soir dans le désert et allumées, créant ainsi un océan de flammèches destinées à calmer les esprits et d'apporter leur bonne faveur.  L’objectif de la fête est notamment d’amener la pluie sur ces terres sèches et arides, où l’eau est une denrée presque aussi précieuse qu’en d’autres endroits l’est l’or.

L'avènement du Nuada

S’il s’agit de la plus importante coutume des Hald, il n’y a pas de jour fixe pour cette tradition.  Lorsqu’un individu ou le peuple considère que le Nuada de la tribu n’est plus en mesure de la protéger et qu’il n’est plus apte à gouverner, tout guerrier peut décider de provoquer en duel le Nuada en place pour prendre sa position.

La coutume veut que lorsqu’un Nuada est défié, celui-ci l’est anonymement.  Le prétendant à la couronne doit apporter à la faveur de la nuit un cadavre de coyote aux portes du palais.  Il est d’usage de chasser soi-même l’animal, seul, de préférence le chef de sa meute.  Le chasseur peut se faire accompagner d’un témoin pour prouver de sa bonne volonté.  Le choix se porte sur le coyote puisqu’il représente un des animaux les plus dangereux du désert et qu’en le tuant, on montre déjà  être capable d’assurer la protection de la tribu.

Le combat a lieu six jours après la déclaration anonyme, pour laisser le temps au Nuada en place de se préparer à l’affrontement, mais aussi pour que les Halds vivant à l’extérieur de la cité centrale aient le temps de venir y assister.  Le duel a lieu dans une arène de taille immense où l’on y répand des armes, mais aussi des pièges.  Les deux duellistes doivent prouver qu’ils sont aptes à résister au danger apparent, mais aussi à celui qui se cache.  Il arrive parfois que des bêtes sauvages et affamées soient relâchées dans l’arène.  Le combat ne s’arrête que lorsque l’un des combattants succombent sous la lame de son adversaire.  Le vainqueur garde le titre de Nuada.

Revenir en haut Aller en bas
Le Crépuscule
avatar
Messages : 115
Maître du jeu
Maître du jeu



Voir le profil de l'utilisateur http://nott.forumactif.com
MessageSujet: Re: La tribu Hald   Mar 5 Déc - 15:06

Réponses à vos questions


I. Est-ce que les Halds apprennent à lire?
Pour ce qui est de savoir lire, c'est possible de l'apprendre dans la tribu, mais c'est pas quelque chose de considéré comme commun et important.  La plupart des Halds sont illettrés, sauf ceux qui s'illustrent en stratégie et ceux qui travaillent comme messagers.  On va trouver un plus grand nombre de lettrés chez les Luspiens.  L'apprentissage ne sera probablement pas fait jeune, à moins que l'enfant démontrait déjà une aptitude particulière pour la stratégie ou le commandement, mais encore c'est très rare, c'est un apprentissage qui se ferait plutôt quand ils seront apprentis et auront choisi leur future carrière, parce que c'est vraiment très peu important pour cette tribu de savoir lire.
La plupart d'entre eux se contentent d'un système de communication très rudimentaire basé sur des symboles, lesquels représentent des idées et ne sont pas utilisés pour formuler des phrases.  Ils ne partagent pas ce code avec les autres tribus toutefois, comme c'est pratique également pour les communications secrètes et donc codées.  Ils préfèrent la concision et la rapidité.

II. Les Halds prêtent-ils des milices aux autres tribus?
Chaque tribu a de ses membres qui sont envoyés pour être formés chez les Halds, mais ceux-ci sont très sélectifs dans leurs apprentis : on n'apprend pas à cogner à n'importe qui.  De ce fait, Vojnä (la capitale de la tribu si on veut) va envoyer certains de ses guerriers là où les autres tribus le demanderont, dans le cas où une autre tribu manquerait de membres formés au maniement des armes.  La majorité des Halds suivant un cursus lié au combat, ils ne sont pas tous nécessaires sur leur propre territoire et il n'est pas rare de les voir envoyés à l'extérieur exercer leurs fonctions.  Néanmoins les tribus locales ont également leurs propres détachements de milices.  C'est possible alors qu'un groupe de Halds soit envoyé dans les autres tribus, encore plus désormais que des choses bizarres se passent et mettent tout le monde un peu sur les nerfs. Il s'agit souvent de petits groupes par contre.

III. Qu'est-ce que le nom de guerrier?
Le nom de guerrier c'est un peu comme un pseudonyme.  Les Halds étant très superstitieux, ce nom est supposé les protéger des esprits.  Plutôt que d'utiliser leur vrai prénom, ça devient une forme de surnom officieux pendant les missions.  Ils éviteront à ce moment-là d'utiliser leur nom véritable pour se protéger des esprits : au combat ils ne pourront pas combattre la menace matérielle en même temps que la menace immatérielle.  Il faut savoir aussi que c'est un grand hommage de recevoir son nom de guerrier, c'est la preuve d'un grand courage.

Le nom de guerrier peut être vraiment n'importe quoi, mais de façon générale ça aura rapport à l'art guerrier.  Par exemple, celui de Lothar c'est Sombre Lame, ce qui selon les présages montre une prédisposition à être doué au maniement des armes.  Ça pourrait être aussi Vive Flèche, Épée Sifflante, Mains Mortelles, etc etc.  C'est rare que quelqu'un va appeler quelqu'un par son nom de guerrier en-dehors de missions, mais c'est aussi une forme de respect envers un supérieur.  Par exemple, personne n'appelle le Nuada par son nom réel, tout le monde utilisera son nom de guerrier.

IV. Un shaman pourrait-il parler à un maître du nom de guerrier d'un adolescent, ce qui a terme pourrait inciter un maître à prendre un élève sous son aile?
Normalement le shaman reçoit le nom du guerrier par une révélation des dieux, donc s'il en fait part à quelqu'un en mode "j'aimerais avoir vos sages conseils" on pourrait croire que soit il a perdu son don de communiquer avec les dieux, soit que le nouveau guerrier est boudé par les dieux.  Dans les deux cas ça pourrait devenir très grave, les Halds ne voulant pas d'un shaman incapable d'entrer en contact avec les dieux pour les protéger ou d'un guerrier que les dieux ne veulent pas reconnaître.  Avec leur superstition, ça pourrait même pousser jusqu'au bannissement du dit guerrier, parce qu'ils croiraient qu'il porte malheur à la tribu.

Un maître Hald va prendre sous son aile un apprenti parce qu'il reconnaît ses talents ou alors parce qu'il a vu un signe favorable, par exemple son nom de guerrier a un lien avec le sien, etc.

V. Le rêve prémonitoire est-il un secret entre l'adolescent et le shaman?
Il est connu par tout le monde.  C'est vraiment comme un rituel.  La tribu se rassemble autour du feu et l'enfant raconte son rêve devant tout le monde et c'est là que le shaman va l'interpréter, mais il ne dévoilera pas le nom de l'enfant.  Il le sait déjà lui-même avant que le petit entre dans la grotte, mais ne le dira qu'une fois que l'épreuve sera terminée et réussie.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La tribu Hald   

Revenir en haut Aller en bas
 
La tribu Hald
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Là-bas, aux confins de l'Indu-Kush... une tribu qui résiste
» La tribu des Cornes-de-Tempete
» Tien... un membre de la Tribu qui ce montre devant moi ! [PV: Vanguard]
» Horus -Tribu des crocs de feu-Guerriers
» La tribu en a besoin (PV : Feuille d'Espoir-Etoile d'Argile) [terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les terres de Nòtt :: Administration :: Règlement et contexte :: Annexes-
Sauter vers: